Beni : 35 personnes interpelées par la police dans un dancing club

Au moins 35 personnes, parmi elle une vingtaine de filles et femmes, ont été interpelées la nuit du samedi à ce dimanche 15 août à 1h00 du matin dans un dancing club de la ville. Selon le commandant de la police à l’intérim, ces personnes ont été arrêtées pour non-respect des heures sécuritaires du couvre-feu. Elles sont tombées dans le filet des fausses informations qui circulaient dans réseaux sociaux faisant état de levée de certaines  mesures  en rapport avec le couvre-feu. Face à cette situation, le commissaire supérieur demande à la population de se confier aux messages des autorités compétentes. 

Le commissaire Jean Fabien Sébastien Kahuma Lemba invite la population à ne pas suivre les massages relayés dans les réseaux sociaux:

 « Quand on voit dans leurs réseaux sociaux, on est en train de brandir les messages disant qu’il y a eu levée des mesures de couvre-feu à partir de 23 heures jusqu’à 4h00. Mais, est-ce qu’ils se sont référés aux autorités compétentes pour savoir si le message là est vrai, ou ce sont les messages qui ne sont pas vrais. La population doit éviter toujours de se fier aux réseaux sociaux. N’importe quel menteur peut ramasser des messages et balancer comme ça pour créer des troubles au sein de la population et causer une psychose qui va maintenant chercher à opposer la population avec les autorités et les services de sécurité. Les mesures sont maintenues jusqu’à preuve du contraire »,  a t il soutenu. 

Et d'ajouter :

« Les gens doivent respecter les heures bien déterminées ; 21 heures, plus question de voir les gens, de voir même des bars et des bistrots en mouvements. Ils doivent faire attention avec des histoires des réseaux sociaux. Quand quelqu’un tombe sur des tels messages, il doit vite se référer auprès de monsieur le maire, soit au bourgmestre, soit aux services de sécurité pour avoir la lumière afin de ne plus tomber sur les pièges de ces gens-là». 

La plupart des personnes arrêtées ont été libérées ce matin après audition, hormis ceux-là qui ont manifesté des cas indisciplines graves aux éléments de l’ordre.

 

Lire aussi sur radiookapi.net: 

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner