Forum des AS : « Enfin, Sama Lukonde et Bintou Keita signent un plan de sortie échelonnée de la Monusco ! »

Revue de presse du vendredi 17 septembre 2021

Le processus de retrait de la MONUSCO intéresse les journaux parus vendredi 17 septembre a Kinshasa.

« Le Premier ministre congolais, Jean-Michel Sama Lukonde, et Bintou Keita, la cheffe de la Mission de l'Organisation des Nations unies pour la stabilisation du Congo (Monusco), ont signé un Plan de transition pour la sortie échelonnée de cette mission onusienne, considérée comme la plus grande en Afrique, si pas dans le monde. La cérémonie de signature s'est déroulée le mercredi 15 septembre à la Primature », informe Forum des AS.

Ce Plan de transition est la conclusion d'un long travail qui a commencé le 5 juillet entre les deux partenaires, à savoir : la Monusco et le Gouvernement congolais, poursuit le quotidien.

« Monusco, le départ se dessine », titre L’Avenir. « Ce document contient 18 jalons et beaucoup d’indicateurs qui expliquent comment le travail doit être fait, donc mis en œuvre pour qu’à un moment donné, la mission qui s’appelle Monusco puisse partir de façon graduelle, responsable et durable de la République Démocratique du Congo », a expliqué Bintou Keita, citée par le journal.

Le Potentiel a sa une précise que ce plan s’étale jusqu’en 2024. C’est clair, la Monusco s’en ira certainement en 2024 si le plan signe avec le gouvernement est applique. Mais, la grande question que se pose le journal, c’est celle de l’après Monusco : « le gouvernement Congolais a-t-il suffisamment des atouts pour s’assumer, en assurant efficacement la sécurité des populations là où la Monusco le faisait tant bien que mal ? »

Car, s’inquiète le quotidien, il y a des coins dans ce pays ou pour y accéder, il faut être escorte par les troupes onusiennes ou transporte par leurs engins.

La Reference Plus note que ce plan précise les obligations du gouvernement congolais et de la Monusco.

Entre-temps, signale le quotidien Le Journal, le premier vice-président de l’Assemblée nationale, Jean Marc Kabund, mène depuis quelques jours des consultations des caucus. Mercredi, il a conféré à l’hôtel Meriba, au quartier GB avec des députés nationaux sur les mises en place au sein des entreprises publiques, les élections des gouverneurs et vice-gouverneurs dans les 14 provinces visées par la décision du VPM Daniel Aselo, selon le le journal.

Mais Kabund consulterait également les élus nationaux autour de la pétition contre Christophe Mboso, président de l’Assemblée nationale, laquelle aurait déjà recueilli 100 signatures sur les 125 nécessaires pour qu’elle soit soumise au débat en plénière. Selon le député Adrien Phoba, élu de Boma, les signataires de cette pétition sont principalement les élus de l’Union sacrée de la nation, poursuit le tabloïd.

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner