Equateur : le poisson se fait rare dans les marchés de Mbandaka

Le poisson se fait rare dans les marchés de Mbandaka dans la province de l’Equateur. La rareté de cette denrée est aussi constatée à Wendji Secli, un quartier, situé à 20 kilomètres, en amont du centre-ville, et qui abrite le plus grand marché de poissons au chef-lieu de l’Equateur.

Mercredi 10 novembre à Wendji Secli dans la mi-journée. La berge sur le fleuve est vide. Les quelques pêcheurs qui venaient d’écouler leurs captures étaient déjà retournés.

Généralement, en cette période de grandes captures, ils traîneraient encore là, cherchant à vider leurs produits.

Outre le changement climatique, le président de l’union des pêcheurs de Wendji, Diaboza Matumele, estime que la production a aussi baissé faute de moyens et de techniques de pêche plus développées.

« Certains estiment qu’il y a disparition de poissons, d’autres parlent de leur vieillissement dans de couches profondes. Nous plaidons qu’on nous amène la technique de bateaux de pêche. Et qu’on nous forme à cette pratique afin d’augmenter la production », a indiqué Diaboza Matumele.

Même constat au marché central de Wendji-Secli, où vendent les femmes qui s’approvisionnent auprès des pêcheurs au port. Pas d’engouement, juste quelques bassins de silures.

Aucun gros poisson de fleuve visible, tels les Mboto, Mbenga, Mopongo, Mondjanda, Mosombo, Likoko, ou encore le Tilapia, le Capitaine, et j’en passe. Cette variété faisait jadis le bonheur des pêcheurs et des vendeuses.

« Tout a changé. Autrefois, ici c’était plein de gros poissons. Aujourd’hui, le peu de poisson disponible est emporté à Bongonde, Mbandaka, Kinshasa. Tu peux avoir de l’argent et dormir affamé. Le morceau de poisson que nous vendions à 1000 FC, nous l’écoulons maintenant à 3.000 FC. C’est à cause de la rareté », s’est désolé Mme Rosette Eambela, vendeuse de poisson à Wendji.

Pour protéger les poissons et promouvoir leur commerce, étant l’une des principales activités économiques de la région, le gouvernement provincial de l’Equateur a récemment interdit la destruction des écosystèmes aquatiques par l’usage des moustiquaires et des produits toxiques.

Lire aussi sur radiookapi.net: 

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner