Bas-Uele : la société civile exige la libération de ses membres arrêtés depuis 6 mois


La société civile forces vives de Bas-Uele exige la libération de trois de ses membres détenus à la prison de Buta depuis six mois. Ils avaient été arrêtés après des accrochages avec la police. 

Selon le président de cette structure citoyenne, Jean-Marie Epekana, ces personnes ont été arrêtées au moment où elles intervenaient en faveur de quelques personnes que les services de sécurité civile étaient en train de tracasser :

« Après arrestation, ils ont été amenés au niveau de la prison, le parquet a régularisé leur détention, c’est juste après le premier degré qu’on les a condamnés à six mois. On a fait appel maintenant au niveau de la chambre. Le verdict n’est pas encore prononcé au niveau de l’appel. Ils devraient être acquittés. Ils sont des innocents, ils n’ont rien fait, ils ont été arrêtés arbitrairement. Plaidez au niveau de la hiérarchie pour qu’on puisse nous envoyer des conseillers parce que nous n’avons qu’une seule chambre. Lorsqu’un conseiller est malade, la cour est devenue incompétente pour siéger ».

Lire aussi sur radiookapi.net: 

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner