Nord-Kivu : calme précaire dans la région de Tchanzu et Runyonyi après des combats entre FARDC et M23

 Une accalmie s’observe ce mardi 29 mars dans la région des collines de Tchanzu et Runyonyi, après des combats violents lundi 29 mars entre les FARDC et les rebelles du M23. 

 Les détonations des armes ne se font plus entendre depuis tard la nuit de lundi, affirment plusieurs sources. 

 Les FARDC sont actuellement concentrées sur le pont de Rwanguba alors que les rebelles sont à Tchengerero environs 4 km de Rwanguba, révèlent nos sources.  

Le trafic routier entre Bunagana-Rutshuru-Goma reste coupé, alors qu’à Rutchuru-centre, une psychose gagne toute la cité ce mardi. La population craint en effet l’avancée des combattants du M23, affirment les sources locales. 

 Les sources coutumières dans le groupement de Jomba, affirment que les rebelles occupent actuellement la cité de Tchengerero et progresseraient vers le pont de Rwanguba, une dizaine de kilomètres du chef-lieu du territoire de Rutshuru où actuellement sont concentrées les troupes des FARDC. 

 Sur un autre front, la route ainsi que le trafic routier entre Bunagana et Rutchuru est coupée depuis lundi 28 mars. Les rebelles du M23, occupent la colline de Busare qui surplombe la cité de Bunagana. 

Des conséquences économiques 

La suspension du trafic routier entre Bunagana et le reste de province a des conséquences sur le plan économique de toute la province.  Bunagana est un axe d’intérêt régional qui offre plusieurs opportunités aussi à la RDC qu’aux pays du Marché commun de l'Afrique orientale et australe (COMESA).  

 La cité est pour le moment vidée de ses habitants et soldats des FARDC qui sont déployés sont coupés de leur base, précisent les sources de la société civile de Rutshuru. 

A Rutshuru-centre précisément, bien que le trafic routier entre Goma- Rutshuru et le Grand Nord reste fluide et que la population vaque à ses occupations, la psychose d’une attaque imminente du chef-lieu du territoire gagne petit à petit les habitants, indique Jean Claude Bambaze, le président de la société civile de Rutshuru. Ce responsable parle d’une situation imprévisible car à tout instant, les affrontements peuvent reprendre étant donné que l’armée tient à reconquérir les zones et toutes les positions conquises par le M23. Il en appelle au renforcement des troupes pour parer à l’avancée de ces rebelles au chef-lieu du territoire. 

Lire aussi sur radiookapi.net: 

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner