Kananga : « les femmes doivent contribuer à la lutte contre les catastrophes naturelles» (ONG)

« Chaque fois qu’il y a éruption volcanique, inondations et autres, les femmes doivent être impliquées dans le plan de contingence, parce qu’elles sont les plus touchées», a déclaré la coordonnatrice de l’ONG Cris du peuple opprimé (CPO), Marlene Ndelela, jeudi 31 mars à kananga.

Elle s’est ainsi exprimée au cours d’une conférence animée à l’Institut supérieur technique de Kananga, à l’occasion de la clôture du mois de la femme. Pour elle, la participation des femmes aux questions liées aux catastrophes naturelles doit être effective. Il s’agit notamment des inondations, pluies torrentielles et éboulements.

«Les femmes n'avaient pas facilement accès aux questions liées à l'environnement. Alors c'était comme si c'était une question gérée par les hommes. Alors qu'à chaque catastrophe due au changement climatique, les conséquences pèsent surtout sur les femmes, sur les personnes vulnérables, notamment les femmes et les enfants. Alors que si elles sont victimes, il faudrait que ces personnes participent à la prise de décision pour lutter contre les risques des catastrophes», a insisté Marlene Ndelela, coordonnatrice de l’ONG CPO.

 

Lire aussi sur radiookapi.net: 

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner