La RDC demeure un Etat « fragile » sur le plan alimentaire, selon la FAO

La République démocratique du Congo (RDC) demeure un Etat « fragile » sur le plan alimentaire, a fait savoir mercredi 18 mai la Représentant de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) en RDC, Aristide Ongone Obame. Cette fragilité alimentaire s’observe, malgré les ressources et le potentiel agricole cultivable de la RDC, estimé à plus de 75 millions d’hectares dont moins de 10 millions d’hectares seraient exploités, a-t-elle indiqué lors de la conférence de l'ONU organisée à Kinshasa.

Le rapport du 20ème cycle de l’IPC en RDC révèle plus de 27 millions de personnes en phase de crise alimentaire et de moyens d’existence aiguë, soit 26% de la population analysée ayant besoin d’une action urgente.

Plusieurs facteurs sont à la base de cette crise alimentaire, notamment les faibles performances des productions agricoles, dues à la mauvaise répartition des pluies, aux maladies et ravageurs des cultures ou à un accès limité aux semences sont, dans la majorité des territoires analysés, les principaux facteurs limitant la sécurité alimentaire des ménages.

Les épizooties privent aussi les ménages d’une source de revenus alternative, indique la FAO qui ajoute également le délabrement des infrastructures et voies de communication, qui limitent l’entrée ou la sortie des denrées dans les zones.

Selon Aristide Ongone Obame, les conflits armés et communautaires empêchent aussi les ménages d’accéder à leurs champs et entrainent le pillage des récoltes.

L’activisme de ces groupes et les conflits provoquent des mouvements de population obligeant les ménages à laisser derrière eux leurs moyens d’existence.

La pandémie à Covid-19 et ses restrictions (état d’urgence sanitaire), les activités des ménages n’ont pas pleinement repris, en particulier dans les zones dépendantes des activités transfrontaliers.

Les moyens d’existences et le pouvoir d’achat des ménages se trouvent limités en particulier dans les zones rurales dans un contexte de prix élevés des denrées de base limitant la capacité des ménages à accéder à l’alimentation. A cela s’ajoute, une faible consommation des aliments diversifiés.

La guerre Russie et Ukraine

Il y a aussi l’impact de la crise russo-ukrainienne. La Fédération de Russie et l'Ukraine sont les deux principaux fournisseurs de blé, de maïs, d'orge, d'huile comestible, de carburant et d'engrais sur les marchés mondiaux. Les principaux risques pour les pays en crise alimentaire découlent de leur dépendance aux importations de produits alimentaires et d'intrants agricoles.

Au début du mois d'avril 2022, la situation économique en RDC était relativement stable malgré les risques d'un impact futur de la crise ukrainienne, notamment en ce qui concerne la hausse des prix du gaz et du pétrole brut ainsi que de certains aliments de base.

L'inflation hebdomadaire est passée de 0,33 % à 0,34 % au cours de la dernière semaine de mars, et les prix des denrées alimentaires sur les marchés locaux n'ont que légèrement augmenté, notamment à Kinshasa.

Le prix du pétrole a atteint un pic de 123 USD par baril à la mi-mars et se situe actuellement à 94 USD le baril.

D'autres matières premières comme le cuivre, le cobalt et le zinc ont poursuivi leur tendance à la hausse. Cela pourrait être avantageux pour la RDC, qui est un producteur de ces matières premières.

Les céréales représentent la plus grande part des produits alimentaires importés, suivies par le sucre, les fruits, les légumes et le poisson.

Alors que près de 70 % de toutes les importations de blé en RDC proviennent de la Fédération de Russie et de l'Ukraine (voir figure 3), il convient de noter que le blé représente un pourcentage relativement faible des aliments de base consommés en RDC. La consommation alimentaire se compose principalement de manioc, suivi d'autres racines et tubercules, de céréales, de légumes, d'oléagineux et de fruits.

Néanmoins, le blé est un aliment de base important, en particulier pour les ménages urbains5 et les consommateurs se plaignent de la forte augmentation du prix du pain. Notamment, le Mouvement national des consommateurs lésés (MNCL) a déploré que à Kinshasa le prix du pain de mie soit récemment passé de 500 à 750 CDF, et s'est inquiété du fait que les salaires restent les mêmes.

Lire aussi sur radiookapi.net: 

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner