Mutualisation des forces de l’EAC : les groupes armés ciblés par la force militaire régionale

La Communauté de l’Afrique de l’Est a lancé lundi 15 aout son premier contingent dans l’Est de la RDC. Les troupes burundaises sont arrivées depuis le 15 aout même, précisément au Sud-Kivu. 

Ce déploiement avait été approuvé à l’issue d’un sommet des chefs d’Etats ayant réuni au mois de juin dernier à Nairobi les présidents du Kenya, de la RDC, de l’Ouganda, du Sud Soudan, du Burundi, du Rwanda et le représentant de la présidente de la Tanzanie. 

Depuis des décennies, cette partie orientale (Sud-Kivu) de la RDC est confrontée aux affrontements entre l’armée congolaise et les groupes armés locaux, d’une part et entre les groupes armés eux-mêmes, d’autre part. 

Les groupes armés réputés plus virulents, nationaux et étrangers, ciblés par la force militaire régionale sont notamment : 

Red Tabara : il s’agit des rebelles burundais dont la présence est signalée dans les moyens et hauts plateaux d’Uvira et Mwenga. Le mouvement transfrontalier ainsi que la présence limitée de l'autorité de l’État dans les zones qu’ils occupent ont offert une bonne santé à ce groupe rebelle burundais.  

Si la force régionale lance les opérations militaires au Sud-Kivu dans le cadre de la mutualisation des forces, elle pourrait commencer par la rébellion de Red Tabara, selon certains observateurs. Leur proximité avec la frontière Burundaise pourrait expliquer cette option, affirment-ils.  Les forêts de Fizi, Uvira et Mwenga hébergent quant à elles, plus de 80 groupes armés locaux et étrangers. 

La virulence des groupes armés locaux est plus observée dans les hauts plateaux de Minembwe où des accrochages récurrents opposent les Twirwaneho aux Biloze Bishambuke.  
Tandis dans l’extrême sud du territoire de Fizi, frontalier avec la province du Maniema, la menace posée par les activités complexes du réseau Maï-Maï Yakutumba, qui opère dans ces zones, et l'extraction illicite des ressources naturelles qui le financent ainsi que d'autres groupes armés dont les pygmées Twa pourraient être combattue. 

La province de l’Ituri ciblée 

Les groupes CODECO et Zaïre opérant dans le territoire de Djugu et FPIC dans le territoire d’Irumu sont les plus virulents et pourraient être la cible de la force militaire régionale. 

Tandis qu’au Nord-Kivu, le M23 dans Bunagana et le Rutshuru, FDLR éparpillés dans le parc des Virunga depuis 1994, les ADF dans Beni et les environs, le Nyatura dans le Masisi, ainsi que les Maï-Maï APCLS. 

Pour plusieurs observateurs, cette guerre est asymétrique et complexe au regard des alliances existantes entre tous ces groupes armés locaux avec les groupes étrangers proches des forces militaires qui viennent les combattre. 

Lire aussi sur radiookapi.net: 

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner