Lubero : les combattants FDLR-Pareco appelés à se rendre

Rebelles FDLR

Rebelles FDLR

Le commandant FARDC secteur Kaseghe-Eringeti dans le territoire de Lubero au Nord-Kivu, le colonel Bruno Mandefu, appelle les éléments de la coalition FDLR-Pareco de se rendre. Il a lancé cet appel vendredi lors d’une conférence de presse à Lubero, rapporte radiookapi.net

Le colonel Mandefu demande aux éléments de la coalition FDLR-Pareco de quitter la brousse et de se rendre dans le cadre du programme Démobilisation, désarment, rapatriement, réinsertion et réinstallation (DDRRR), pour les Rwandais, et Démobilisation, désarmement et réinsertion (DDR), pour les combattants Pareco. «Les FARDC seront sans pitié envers les réfractaires au processus qui continuent de piller, brûler des maisons des populations et violer les femmes», a menacé le colonel Bruno Mandefu.

A cette même occasion, il a présenté à la presse 30 combattants membres de cette coalition, qui ont été faits prisonniers ces deux dernières semaines. «Ils sont bien traités. Les combattants rwandais des FDLR seront remis à la Monuc dans le cadre du programme DDRRR. Tandis que les Congolais de Pareco suivrons le processus de DDR», a-t-il précisé. Et d’ajouter : «Ceux qui accepteront de se rendre volontairement seront accueillis à bras ouverts et bien traités»

Réaction des rebelles!

Le colonel Bruno Mandefu a, cependant, souligné que la traque des rebelles rwandais et leurs alliés se poursuit dans le territoire de Lubero sur deux axes: Kasuo-Libeta et Muhangi-Vuyinga, respectivement avec les 112ème et 11ème brigades FARDC. Le secteur FARDC Kaseghe-Eringeti comprend les territoires de Lubero et de Beni ainsi que les villes de Butembo et de Beni.

Par ailleurs, les FDLR ont attaqué, dans la nuit du vendredi à samedi à Mihobwe, 80 kilomètres au sud du chef lieu du territoire de Lubero, faisant deux morts et une cinquantaine des kiosques pillés. Les militaires FARDC ont affirmé avoir operé un « retrait stratégique», avant de revenir avec un renfort pour déloger les assaillants vers 04 heures du matin (locales).

La région a connu des attaques récurrentes des FDRL avant le déclenchement des opérations Kimia II. Cette dernière attaque est intervenue 4 mois après la dispersion des FDLR dans la brousse et la réinstallation des retournés de Mihobwe. La population, qui a fui cette attaque, a regagné Mihobwe samedi matin, selon des sources locales.

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner