Le paludisme tue 180 000 personnes par an en RD Congo, selon l’OMS


Moustique vecteur de la malaria

Ce dimanche 25 avril, le monde entier célèbre la Journée internationale de lutte contre le paludisme sous le thème : « Vaincre le paludisme, le compte à rebours est lancé » Cependant, les statistiques de l’Organisation mondiale de la santé, OMS, pour la RD Congo sont alarmantes: près de 27 millions de cas de paludisme dont 180 000 décès par an. Le pays bat le record, après le Nigeria, des pays touchés par cette endémie.

Alors, une question revient: où se situe la RD Congo par rapport à la couverture universelle du paludisme, alors que l’échéance fixée par les Nations unies prend fin le 31 décembre de cette année ?

Le Secrétaire général de l’Onu, Ban Ki- Moon, avait fixé une échéance d’ici le 31 décembre 2010 pour mettre en place une couverture universelle des interventions de lutte contre le paludisme.

Cette couverture vise à fournir de manière performante et abordable des moyens de protection et des traitements antipaludiques à toutes les personnes à risque.

C’est ainsi qu’au mois de février de cette année, une délégation conduite par Ray Chambers, Envoyé spécial du Secrétaire général de l’Onu pour le paludisme, avait pour objectif de renforcer le plaidoyer en faveur de la lutte contre le paludisme.

Elle devait aussi évaluer les efforts entrepris en matière de prévention et de contrôle de cette maladie.

Enfants et femmes enceintes, les plus touchés

Selon les statistiques de l’OMS, la RD Congo bat le record, après le Nigeria, des pays les plus touchés par la malaria. Les enfants de moins de 5 ans et les femmes enceintes en sont les principales victimes.

Plusieurs provinces sont très touchées par la malaria. Et très récemment, au Nord du Katanga, l’Inspection médicale de district du Tanganyika a signalé une dizaine de morts causés par la malaria parmi les enfants à Bendera, localité située à 120 kilomètres au nord de la ville de Kalemie.

Pour le Sud Kivu, près d’un million de nouveaux cas sont enregistrés chaque année selon le bureau de l’OMS à Bukavu. Les dernières enquêtes menées par les experts dans ce domaine montrent que dans cette province, moins de 6% de la population utilisent les moustiquaires imprégnées. La situation est la même dans plusieurs provinces.

Et pourtant, des moyens préventifs existent pour lutter contre le paludisme, notamment l’utilisation de moustiquaires imprégnés et surtout l’assainissement de l’environnement.

A cette allure, on se demande jusqu’à quand la RD Congo attendrait le niveau malaria zéro tel qu’exigé par les Nations unies.

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner