Charles Bisengimana: «Le 6 décembre sera une journée comme toutes les autres»

Le commissaire général de la PNC,  le général Charles Bisengimana le 22/11/2011 à Kinshasa, lors de la présentation de six bataillons de la Légion nationale d’intervention formés par la Monusco. Radio Okapi/ Ph. John BompengoLe commissaire général de la PNC, le général Charles Bisengimana le 22/11/2011 à Kinshasa, lors de la présentation de six bataillons de la Légion nationale d’intervention formés par la Monusco. Radio Okapi/ Ph. John Bompengo

Le commissaire général de la PNC, le général Charles Bisengimana le 22/11/2011 à Kinshasa, lors de la présentation de six bataillons de la Légion nationale d’intervention formés par la Monusco. Radio Okapi/ Ph. John Bompengo

La police nationale congolaise a pris les dispositions de renforcer la sécurité des personnes et leurs biens pendant cette période postélectorale. Son commissariat général invite toute la population à vaquer à ses préoccupations, à ne pas céder à l’intoxication et à la manipulation dans toutes ses formes.

«Il n’y a pas de problèmes qui peuvent empêcher les enfants d’aller à l’école. Ceux là qui partent, ils savent pourquoi ils partent. Ils n’ont aucune raison de quitter le pays», a déclaré le commissaire général de la police nationale congolaise, le général Charles Bisengimana.

Il a assuré qu’«après les élections du 28 novembre sera comme avant les élections. Le 6 décembre sera une journée comme toutes les autres de l’année».

Le commissaire général de la police a appelé la population au calme et demande aux fonctionnaires de continuer à travailler librement.

Charles Bisengimana n’a pas manqué de mots pour expliquer le déploiement renforcé des éléments de la police nationale dans les milieux stratégiques de la capitale.

«Quand la police n’a pas d’effectifs suffisants la population réclame et quand nous augmentons l’effectif, il y en a qui pensent que nous nous préparons à une répression», s’est-il exclamé avant de préciser que la police ne fait que prendre ses dispositions pour sécuriser la population.

Lire aussi sur radiookapi.net:

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner