Nord-Kivu: Amnesty international invite les FARDC et les mutins à protéger les civils

Militaires FARDC avec un lance roquettes, Sud Kivu, 2006.

Dans son communiqué de presse rendu public mercredi 2 mai, Amnesty Internationale appelle à la protection des civils dans l’escalade de violence que connaît le Nord-Kivu. L’ONG conseille aux militaires et aux déserteurs considérés comme fidèles du général Bosco Ntaganda de prendre des mesures adéquates « pour épargner des nombreuses vies humaines et d’éviter des déplacements massifs des populations dans cette province ».

«L’escalade de la violence en RDC est extrêmement préoccupante et tous les partis en conflit doivent veiller à ce que les civils ne soient pas pris entre deux feux », a déclaré Paule Rigaud, directrice adjointe du programme Afrique d’Amnesty International.

Pour elle, l’armée congolaise a l’obligation de protéger la population civile dans les zones contrôlées par les groupes armés.

Paule Rigaud invite la Monusco à augmenter le nombre des casques bleus dans les territoires de Masisi et Walikale où se déroulent les combats.

Le communiqué d’Amnesty international fait état d’au moins quatre enfants et sept jeunes adultes originaires des villes de Ngungu et Kitchanga qui ont demandé la protection de la mission onusienne, affirmant avoir été menacés par des soldats qui voulaient les recruter de force.

L’ONG regrette ces combats qui opposent depuis le lundi 30 avril les militaires et des déserteurs et qui auraient causé la mort d’au moins trois femmes dans la ville de Ngungu à Masisi.

Au cours de la conférence hebdomadaire des agences onusiennes en RDC, mercredi 2 mai, le porte-parole militaire de la Monusco a déclaré que le nombre des déplacés internes avait franchi la barre de 2 millions au 1er trimestre 2012 en RDC à cause de l’insécurité causée par les dernières défections, enregistrées au sein des FARDC.

Certains déplacés auraient traversé la frontière avec le Rwanda, d’autres se seraient réfugiés dans les villes de Sake et Goma.

Lire aussi sur radiookapi.net:

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner