Mbandaka: la confusion persiste à l'assemblée provinciale

Siège de l’Assamblée provinciale de la province d’Equateur.

Une vive tension a prévalu, vendredi 9 novembre, devant l’assemblée provinciale de l’Equateur. Les députés provinciaux, qui attendaient la tenue d’une plénière, se sont dits surpris de trouver l’hémicycle fermé et le vice-président de cette institution, absent de son bureau. La délégation du gouvernement central compte aller jusqu’au bout de sa mission: encadrer la réouverture de l’assemblée provinciale et l’élection d’un nouveau président de son bureau permanent.

Soixante-huit députés se sont répondu au rendez-vous de vendredi pour prendre part a la plénière ou retirer le projet d’ordre du jour. Mais, ils ont été surpris de trouver les portes de la salle fermées.

Selon le vice-ministre de l’Intérieur, Egide-Michel  Ngbokoso, qui dirige la délégation gouvernementale à Mbandaka, la conférence des présidents dirigée la veille par le vice-président de l’assemblée provinciale, Richard Mboyo Iluta, avait prévu la tenue d’une plénière ce vendredi.

Mais tôt le matin, fait-il remarquer, l’hémicycle est resté fermé sur ordre du même vice-président. Celui-ci aurait envoyé son secrétaire particulier récupérer la clef de la salle auprès de l’intendant dépositaire.

Par ailleurs, a poursuivi Egide-Michel Ngbokoso, le vice-président aurait également refusé de signer le projet de l’ordre du jour à distribuer aux députés, avant l’ouverture de la plénière.

Le député Richard Mboyo est resté introuvable et injoignable dans la ville. Il serait en route pour le territoire de Bikoro, a ajouté le vice-ministre. Suite à cette absence, Egide-Michel Ngbokoso a aussitôt convoqué une réunion de crise avec le rapporteur de l’assemblée provinciale, le gouverneur intérimaire et le directeur provincial de l’Agence nationale des renseignements (ANR)/Equateur. À l’issue de cette entrevue,  six agents de l’assemblée et le secrétaire particulier du vice-président ont été interpelés par l’ANR où ils ont subi un interrogatoire.

La délégation venue de Kinshasa se dit déterminée à aller jusqu’à la réouverture de l’assemblée provinciale et l’élection d’un nouveau président de son bureau permanent. Des démarches étaient en cours, vendredi soir, pour tenir une plénière sous la présidence du rapporteur.

Dans l’entourage du vice-ministre Egide Ngokoso, on croit qu’il y a «un mentor qui tire les ficelles dans cette affaire». Mais la délégation du gouvernement central redoute que cet enlisement aboutisse à la dissolution de l’organe délibérant de l’Equateur, ainsi que le prévoit la constitution du pays.

Les travaux sont bloqués depuis l’ouverture de la session parlementaire en cours, en avril dernier. Certains députés réclament toujours la démission du président de l’assemblée, Gaston Kiliyo Seto, qui a adhéré à un autre parti politique. Celui-ci a été élu député provincial en 2006 pour le compte du Mouvement de libération du Congo(MLC). Il aurait renoncé à ce mandat pour s’être présenté aux élections législatives nationales de novembre dernier, sous la bannière du parti politique ADH du gouverneur Jean Claude Baende.

Lire aussi sur radiookapi.net : 

 

 

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner