La Brigade d’intervention de la Monusco, une première dans les missions de maintien de la paix

Bunagana, Nord Kivu, le 16 mai 2012, les forces spéciales jordaniennes sécurisent le périmètre de déploiement après les affrontements armés entre FARDC et les mutins qui occasionné la fuite de la population en Ouganda voisin malgré le déploiement des casques bleus- Ph. Sylvain Liechtin

 « C’est pour la première fois qu’une force des Nations unies a clairement le mandat de mener des actions offensives pour désarmer des groupes rebelles », a déclaré mercredi 29 mai le conseiller militaire de Ban Ki-moon pour les opérations de maintien de la paix, le général Babagar Gaye au sujet de la brigade d’intervention de la Monusco. Créée par la résolution 2098 du conseil de sécurité de l’Onu, la brigade d’intervention a reçu la mission de neutraliser les groupes armés opérant dans l’Est de la RDC.

A l’occasion de la célébration de la journée des Casques bleus, le général Gaye a estimé que la création de la brigade d’intervention est un « développement qui traduit la complexité des situations dans lesquelles le personnel de l’Onu opère aujourd’hui ».

Pour lui, les Casques bleus devraient s’adapter aux réalités et aux besoins du terrain pour mieux s’acquitter de leur travail. Mais il a indiqué qu’il y a des défis à relever dans l’accomplissement de la mission de ces soldats de la paix.
Il a précisé que le bureau des affaires militaires réfléchit sur les moyens à donner aux militaires onusiens.

« Nous considérons que le premier de moyens c’est le moyen humain. C’est d’abord la qualité des chefs, leur engagement, la volonté des troupes de protéger des populations, du mieux de leur possibilité », a déclaré l’officier onusien.

Un autre moyen, poursuit-il, c’est l’importance de la connaissance du milieu qui renvoie à la maîtrise de la langue locale.

« Mais nous pensons aussi aux moyenx de recherche de l’information, ce qui sous-entend des moyens électroniques qui vont bientôt être déployés », a ajouté Babacar Gaye.

Hommage à Georges Kamudjova

A l’occasion de la célébration de la journée internationale des casques bleus, un hommage a été rendu à Lubumbashi à Georges Kamudjova, journaliste de Radio Okapi décédé de suite d’un accident de circulation à Kinshasa en 2011.

Pour le chef de bureau de la Monusco à Lubumbashi, Guirane Ndiaye, cet hommage a été rendu à Georges Kamudjova afin d’honorer sa mémoire. La médaille Dag Hammarskjöld, du nom du secrétaire général de l’Onu mort en RDC, a été remise à sa fille.

Lire aussi sur radiookapi.net:

 

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner