Mbuji-Mayi: la grève des taximen motos paralyse la ville

Place des artistes, Rond-point victoire/ Kinshasa. Le trafic routier n’est pas intense ce 2/06/2011. Quelques motards discutent en attendant l’arrivée des passagers. Ici, comme dans d’autres carrefours, les motos qui font le taxi n’ont pas toutes des plaques d’immatriculation. Ce qui n’empêche pas les motards d’exercer leur activité.

La grève des taximen motos a paralysé, lundi 10 juin, la ville de Mbuji-Mayi, chef-lieu du Kasaï-Oriental. Des témoins indiquent que plusieurs personnes ont effectué de longues distances à pied pour rejoindre leurs lieux de travail.

Ces motards ont arrêté le travail pour dénoncé les «tracasseries policières ». A Mbuji-Mayi, les activités commerciales sont perturbées, la moto étant le principal moyen de transport en commun dans la province.

Certains motards qui ont osé mettre leurs engins sur la voie publique ont été menacés par leurs collègues en colère. Ces derniers s’insurgent contre ce qu’ils qualifient de « tracasseries de la police de circulation routière ». Ils accusent la police d’avoir multiplié les postes de contrôle dans la province.

Sur le terrain, le mouvement de grève touche davantage la partie Nord-Est de la ville de Mbuji-Mayi notamment les quartiers Simis et Bakuadianga.

Le commissariat provincial de la police a déployé des jeeps avec des mégaphones pour appeler les conducteurs des motos à reprendre le travail.

A l’origine de cette grève, des accrochages qui ont opposé, le week-end dernier, les conducteurs des taxis motos aux policiers de circulation routière qui avaient arrêté plus de 50 motos. Ces agents contrôlaient notamment le port des casques et d’autres documents requis pour la circulation des motos.

Il y a un mois, les mêmes taximen motos avaient dénoncé la multiplicité des taxes que l’autorité publique leur impose pour assurer le transport des personnes et de leurs biens, à Mbuji-Mayi, chef-lieu du Kasaï-Oriental.

«Il y a trop de tracasseries. La vignette qui était vendue, l’année passée, à 5 000 FC (5, 5 dollars américains) coûte désormais 38 dollars américains. Le montant est exagéré. Il y a des taxes de stationnement sur la voie publique, d’autorisation sur le transport, la taxe urbaine et autres», s’était plaint un taximen moto.

La capitale provinciale du Kasaï-Oriental dispose à ce jour de près de 10 000 motos qui assurent le déplacement de la population et le transport de certaines marchandises.

Lire aussi sur radiookapi.net:

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner