Nord-Kivu : la Monusco bombarde le dernier bastion des ADF à Saha Sitisa

Un hélicoptère de la Monuc (archives)

L’aviation militaire des Nations unies pilonne depuis samedi 1er mars une position importante des rebelles ougandais des ADF à Saha sitisa, un village situé à cheval entre Nobili et Kikingi, dans le secteur de Beni-Mbau, à une soixantaine de kilomètres de Beni-ville (Nord-Kivu). Selon des sources de la Mission onusienne en RDC, l’objectif de ces bombardements est d’ouvrir un couloir pour permettre aux militaires congolais d’avancer vers le dernier bastion  où se sont retranchés les rebelles Ougandais de l’ADF.

C’est aux environs de 14 heures locales que deux hélicoptères d’attaque de la Monusco ont tiré sur la base des ADF de Saha Sitisa.

Les rebelles ougandais qui s’opposent au désarmement volontaire se sont retranchés dans ce village depuis quelques jours, après la reprise par les FARDC, le 13 février dernier, des leurs grands bastions notamment le sanctuaire de Nadwi, le sanctuaire de Mwalika, Chuchubo, Makoyova 1 et 2.

Des sources militaire et sécuritaire de la RDC renseignent que les bombardements de cette position  des ADF à Saha sitisa par les hélicoptères de la Monusco ont duré  plusieurs minutes.

A en croire les mêmes sources, cette position des ADF a subi d’importants dégâts mais aucun bilan officiel de ces bombardements n’a été avancé jusqu’ici.

Suite à l’intensification des opérations conjointe FARDC-Monusco contre les ADF, Martin Kobler, le Chef de la Mission onusienne, exhorte les derniers combattants à déposer les armes « immédiatement et à se rendre dans les camps de la Monusco ».

Dans un communiqué publié le même jour par la Monusco, la mission onusienne indiqué que cette opération s’inscrit dans le cadre du soutien global apporté par la Monusco aux FARDC depuis le début de l’Opération Sukola 1 contre les rebelles de l’ADF lancé le 16 janvier dernier.

« Cette opération d’une grande précision nous permet de réaliser un objectif clair: mettre fin aux attaques récurrentes des ADF contre les populations civiles », a ajouté le représentant spécial du Secrétaire général.

La Monusco reste déterminée à utiliser tous les moyens à sa disposition pour apporter sa protection à toutes les populations qui continuent à vivre sous l’oppression de groupes armés, poursuit le même communiqué.

La veille de cette opération, les FARDC avaient demandé aux rebelles ougandais de désarmer volontairement, indiquant que cet appel était une dernière chance donnée aux ADF avant l’assaut final contre le dernier retranchement de ces rebelles.

Martin Kobler, le chef de la Monusco a plusieurs fois fait le même appel à tous les groupes armés de désarmer y compris les ADF.

«Nous ne voulons pas combattre, nous voulons plutôt la démobilisation et le désarmement volontaires des groupes armés », avait déclaré le Représentant spécial du secrétaire général des Nations unies en RDC au cours du magazine Paroles aux Auditeurs de Radio Okapi diffusée le 1o janvier dernier. Mais le patron de la Monusco avait souligné que les Casques bleus seraient obligés d’utiliser la force en cas de refus.

Parmi les chefs de ces miliciens, Martin Kobler avait nommément interpellé Cobra Matata, leader de la Force de résistance patriotique de l’Ituri (Province Orientale), et Ntabo Ntaberizi, alias Cheka, de Nduma Defense of Congo (NDC) opérant dans la Nord-Kivu.

Lire aussi sur radiookapi.net:

 

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner