Bas-Congo: crainte d'un affrontement entre l’armée angolaise et des rebelles du Flec

Une vue des Réfugiés Angolais avant leurs départs pour l’Angola, Kinshasa/RDC le 09/02/2012. Radio Okapi/Ph. Aimé-NZINGA

La société civile de Tshela, à plus de 200 km à l’ouest de Matadi (Bas-Congo), dit craindre d’éventuels combats entre l’armée angolaise, positionnée dans l’enclave de Cabinda, et les rebelles angolais du Front de libération de l’enclave de Cabinda (Flec), réfugiés en territoire congolais. Selon un membre de cette structure, qui a requis l’anonymat, les deux forces procèdent à un renforcement de leurs effectifs de part et d’autre de la frontière entre la RDC et l’Angola. Il dit redouter les conséquences de tels combats. De son côté, l’administrateur du territoire de Tshela parle d’allégations mensongères ne reposant sur aucune preuve.

Selon la société civile, des éléments du Flec seraient présents dans la forêt du groupement Mbemba, dans le territoire congolais de Tshela, et auraient même été vus par les villageois. Leur nombre se serait renforcé, selon cette structure.

De l’autre côté de la frontière, sur le territoire angolais, des éléments des Forces armées angolaises (FAA), en nombre élevé, auraient été vus avec un important matériel de guerre.

Les habitants de ce coin affirment même que les troupes angolaises effectuent souvent des patrouilles en territoire congolais, mais sans s’en prendre à la population.

La présence de ces troupes a plongé les habitants du groupement Mbemba dans la crainte d’une imminente incursion des forces angolaises en territoire congolais.

Ces gens craignent d’être poussés à se refugier dans les villages environnants. A ce jour, certains ne vont plus aux champs.

La société civile de Tshela invite le gouvernement à prendre des dispositions pour mettre fin à cette situation.

L’administrateur du territoire de Tshela, Charles Ilowa Nkoy, a affirmé de son côté qu’il s’agissait d’informations fantaisistes.

Il a invité la population au calme, assurant que la RDC ne sert pas de base arrière à ces rebelles angolais.

Lire aussi sur radiookapi.net:

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner