Une nouvelle vague de Congolais refoulés de Brazzaville

Une vue de la ville de Brazzaville tirée depuis Kinshasa, le long du fleuve Congo. Radio Okapi/Ph. John Bompengo

Une centaine de bagagistes ressortissants de la République démocratique du Congo résidant à Brazzaville ont été expulsés, mercredi 16 avril. Ils disent avoir regagné Kinshasa en catastrophe à bord du bateau Ikanda de la Société congolaise des transports et ports (SCTP), laissant leurs dépendants de l’autre coté de la rive du fleuve Congo. Plusieurs d’entre eux affirment pourtant détenir des documents réguliers délivrés par les autorités du Congo Brazzaville.

Le bateau Ikanda de la SCTP a fait deux tours mercredi comme d’habitude entre Kinshasa et Brazzaville, sans que  la grande partie de marchandises de frets à bord ne soit déchargée.

La plupart des ressortissants de la RDC qui déchargent ces bagages ont été expulsés par la police brazzavilloise.

L’expulsion de ces bagagistes a déplu aux commerçants qui font la navette entre les deux capitales pour acheter et revendre des produits.

« Moi j’ai plus de dix bagagistes qui travaillent pour moi. Tous sont rentrés ici [à Kinshasa]. On leur a demandé de retourner à Kinshasa. Donc, les bagagistes kinois n’ont plus le droit de travailler à Brazzaville », déclare un propriétaire des marchandises qui étaient au bord du bateau Ikanda.

Les bagagistes kinois ont du mal à accepter cette décision et dénoncent le mauvais traitement dont ils seraient victimes lors de leur expulsion.

« J’étais ici depuis le matin pour faire mon travail comme on en a l’habitude. Arrivés à Brazzaville, nous avons rencontré le général Ndenge qui a refusé que les Kinois travaillent au beach de l’autre rive. Il a dit qu’il a besoin de ses frères [du Congo-Brazzaville], nous qualifiant de gangsters alors que nous ne le sommes pas », confie un bagagiste à Radio Okapi.

Selon lui, la police de Brazzaville expulse tous les Kinois, même ceux qui sont en ordre avec leurs documents de séjour.

Au port fluvial de Kinshasa par où sont arrivés les bagagistes expulsés de Brazzaville, la tension était perceptible durant toute la journée du mercredi. Les refoulés réclament l’implication du gouvernement de la RDC pour mettre fin aux refoulements qui visent ces derniers jours ses ressortissants vivant à Brazzaville.

Depuis plus d’une semaine, les autorités de Brazzaville ont refoulé plusieurs ressortissants de la RDC. La police brazzavilloise mène l’opération dénommée «Mbata ya mikolo» (gifle des aînés, en français) pour arrêter et expulser des étrangers présumés criminels.

Plus de 1000 congolais déjà expulsés 

Le vice-ministre des Affaires étrangères, Célestin Tunda wa Kasende, a été interrogé au sujet de ces expulsions le même mercredi par les députés.

Il a répondu à une question d’actualité à l’Assemblée nationale à ce sujet. Le député Patrick Muyaya, initiateur de la question cherchait à connaître la raison de ces expulsions et les mesures prises par le gouvernement pour les éviter dans l’avenir.

Dans sa réponse, il a indiqué que plus de mille personnes étaient concernées par l’opération « Mbata ya mikolo ».

« Il y a eu plus au moins 1179 expulsés parmi lesquels des malades et des victimes de divers traumatismes », a indiqué le vice-ministre Célestin Tunda, faisant allusion aux témoignages faisant état des mauvais traitements dont certains de ses ressortissants ont été victimes lors de leur expulsion.

A l’en croire, ce chiffre pourrait être revu soit à la hausse ou à la baisse après le travail de la commission d’experts mise en place par les deux pays.

Célestin Tunda a aussi affirmé que l’ambassadeur de la RDC au Congo-Brazzaville n’était pas informé de l’opération menée par la police de Brazzaville.

« Alerté de cette situation, l’ambassadeur [Christophe Muzungu] a cherché en vain d’entrer en contact avec les officiels de la République du Congo », a-t-il ajouté.

Tout en déplorant cet incident, le vice-ministre Célestin Tunda a assuré que certains policiers brazzavillois, à l’origine de dérapages enregistrés au cours des opérations d’expulsions, ont déjà été sanctionnés.

Mais selon lui, Kinshasa ne compte pas s’arrêter à ce niveau et propose la tenue d’une « rapide » d’une réunion tripartite entre la République du Congo, la République d’Angola et la RDC.

Ces trois pays ont signé une convention fixant des règles à suivre dans le cadre d’une éventuelle expulsion des citoyens d’un de ses trois pays.

« Notre gouvernement envisage la tenue rapide une réunion tripartite Angola-Congo-RDC pour évaluer l’exécution de la convention sur l’établissement et la circulation des personnes et des biens », a poursuivi Célestin Tunda.

Après une mission d’enquête effectuée à Brazzaville il y a près d’une semaine, le vice-ministre des Affaires Etrangères de la RDC avait dénoncé des cas de tortures, pillages, viols et autres traitements inhumains dont sont victimes ses compatriotes refoulés de la République du Congo.

Il assure néanmoins que les relations entre les deux pays sont au beau fixe.

Lire aussi sur radiookapi.net:

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner