RDC: l’Etat ne prend plus en charge les frais de tenue des comptes salaire des fonctionnaires

Des agents et fonctionnaires de l’Etat attendant la paie du mois devant une banque à Kinshasa. Radio Okapi/ Ph. John Bompengo

Les frais de tenue des comptes salaire sont désormais supportés par le fonctionnaire titulaire du compte et non plus par le Trésor public. Le montant fixe qui est désormais défalqué de la rémunération de tous les agents de l’Etat dont le salaire de base est égal ou supérieur à 100 dollars américains est 3 348 francs congolais (3.6 dollar américain). Cette disposition, qui est entrée en vigueur à partir de la paie du mois de juillet, suscite un tôlé dans les milieux des fonctionnaires.

Depuis le lancement du processus de la paie des fonctionnaires par voie bancaire en RDC, il y a deux ans, les frais de tenue de compte étaient supportés par l’Etat.

A (re)Lire: RDC: 240 000 fonctionnaires vont percevoir leur premier salaire à la banque en mai

Mais le président du comité de suivi de la paie des fonctionnaires de l’Etat, Jean-Louis Kayembe, explique que les choses ont changé, sans en donner les raisons:

«A partir du mois de juillet finissant, désormais les frais de tenue de compte sont pris en charge par le titulaire du compte. Et ce, pour les fonctionnaires qui bénéficient d’un salaire ou d’une prime supérieure ou égale à 92 000 francs congolais

Jean-Louis Kayembe dit avoir profité de son récent séjour à Lubumbashi au Katanga pour communiquer ce message aux autorités provinciales, au comité de suivi de la paie et aux syndicalistes.

Vives protestations

Visiblement, ce message de Jean-Louis Kayembe n’a pas beaucoup réjoui les agents et fonctionnaires de l’Etat du Katanga qui menacent de déclencher un mouvement de grève si le gouvernement ne revoyait pas cette mesure.

Ecoutez à ce sujet, Maître Justin Bukasa, le rapporteur provincial de l’inter syndical du secteur public au Katanga:

Fichier audio : téléchargez Flash pour écouter.

Même son de cloche du côté du Syndicat national des enseignants des écoles conventionnées catholiques du Congo (Synecat), qui exige du gouvernement la suspension de la note circulaire du 11 juin  portant prise en charge des frais bancaires par les enseignants rémunérés.

Lors de l’assemblée générale extraordinaire du Synecat mercredi 30 juillet à son siège national à Kinshasa, les syndiqués ont exigé que la mesure soit levée avant la paie du mois d’août. «C’est un préalable pour  une rentrée scolaire apaisée», a déclaré le secrétaire général de ce syndicat, Jean Bosco Puna.

«Vous savez que les FARDC ne sont pas concernées, la police [non plus] n’est pas concernée. Il y a deux poids, deux mesures parce que nous nous rendons compte effectivement que l’enseignant n’est pas aimé dans ce pays. Défalquer 4 000 francs congolais des frais de tenue de compte, nous pensons que c’est une injustice. Le gouvernement doit réparer», a-t-il poursuivi.

Les policiers, les militaires ainsi que les fonctionnaires dont le salaire de base est inférieur à 92 000 francs congolais (100 dollars américains) ne sont pas concernés par cette mesure.

Lire aussi sur radiookapi.net:

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner