Ituri: des détenus candidats à l’amnistie réclament leur libération à Bunia

Des prisonniers attendant leur libération le 03/12/2013 à la prison militaire de Ndolo à Kinshasa. Radio Okapi/Ph. John Bompengo

Environ 76 détenus, candidats à l’amnistie, ont manifesté, mardi 12 août, pour réclamer leur libération à la prison centrale de Bunia, chef-lieu de l’Ituri (Province Orientale). Ils disent être oubliés par le gouvernement qui, depuis quelques mois, met en application l’ordonnance du chef de l’Etat sur l’amnistie. Lambert Mende a indiqué, lundi dernier, que le gouvernement amnistie ceux qui méritent d’être libérés.

Le directeur de cet établissement carcéral parle d’un calme précaire et craint que les mouvements de détenus puissent rebondir à nouveau.

Il attribue le retard acquis dans l’application de l’ordonnance sur l’amnistie à la lenteur administrative:

«Quarante-huit actes d’engagement expédiés depuis 6 mois à Kinshasa, n’ont jamais trouvé d’échos favorable et au mois de juin dernier, 28 autres ont été expédiés, mais toujours sans succès jusque-là. Ce mardi, à l’issue de la manifestation des détenus candidats à l’amnistie, les différentes instances compétentes en la matière au ministère de la Justice ont été de nouveau appelées pour qu’une suite soit finalement réservée à la requête des détenus».
L’Union des associations culturelles de l’Ituri (Unadi) qui regroupe les représentants de toutes les tribus locales se dit déçue et dénonce le caractère discriminatoire de l’application de l’ordonnance d’amnistie signée par le chef de l’Etat.

Dans  collectivité de Walendu-Bindi, les miliciens de la Force de résistance patriotique de l’Ituri (FRPI) se disent également exclus de ce processus.

Mbadu Adirodu, chef d’Etat major de la milice de Cobra Matata, accuse les autorités de la zone opérationnelle des FARDC de leur avoir refusé un couloir qui devrait les conduire à Gety-centre, où les formulaires d’engagement à l’amnistie seraient à leur attente.

Des accusations auxquelles aucun officier FARDC de la région n’a répondu.

Lundi 11 août, l’ex-Mouvement rebelle du 23 mars (M23) a également dénoncé les «injustices» dans l’application de la loi d’amnistie en RDC. Il a indique que seul près d’1% de ses membres ont jusque là bénéficié de cette disposition. Dans un communiqué publié lundi 11 août depuis Kampala, l’ex-M23 accuse Kinshasa d’avoir «délibérément» empêché un «nombre important» de ses membres réfugiés au Rwanda et en Afrique du Sud de remplir l’acte d’engagement alors que le délai imparti aux bénéficiaires a expiré ce lundi.

Lire aussi sur radiookapi.net:

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner

Sondage

Mots-clés populaires