Révision constitutionnelle: une ONG dénonce la collecte obligatoire des signatures à Bukama

André Mbata Betukumesu Mangu, auteur du livre sur l’abolition de la peine de mort et le constitutionnalisme en Afrique, lu la constitution de la RDC lors de la présentation de son ouvrage le 11/10/2011 à Kinshasa. Radio Okapi/ Ph. John Bompengo

La Ligue nationale paysanne des droits de l’homme (Linapedho) dénonce le caractère obligatoire de la campagne de collecte des signatures pour la révision de la constitution de la République, à Lwena, dans le territoire de Bukama (Katanga).

Lancée depuis trois jours, cette campagne est menée par des opérateurs politiques de cette contrée pour recueillir 100 000 signatures à déposer au bureau de l’Assemblée nationale.

Certains chefs locaux de Lwena ont été menacés pour avoir refusé d’accompagner cette démarche, selon l’ONG.

Les initiateurs de cette campagne pensent l’étendre dans d’autres collectivités de Bukama, dans la mesures où Lwena ne compte que 40 000 habitants.

«Quand on force quelqu’un à faire quelque chose sans son gré, c’est antidémocratique», a dénoncé un membre de l’ONG Linapedho, section de Lwena.

Le chef de cette cité, qui confirme la poursuite de cette campagne, ne reconnait cependant pas son caractère obligatoire. Il indique qu’aucune plainte n’a été déposée à son bureau en ce sens.

Lire aussi sur radiookapi.net:

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner