Nord-Kivu: la population de Misau et Misoke en otage des Maï-Maï Cheka

Un milicien dans l’Est de la RDC.

Les Maï-Maï Cheka ont, depuis trois jours, assiégé les localités de Misau et Misoke, en territoire de Walikale (Nord-Kivu). Ces miliciens interdisent tout  mouvement de sortie et d’entrée dans ces villages, situés à plus de 250 km de Walikale-centre. Selon l’autorité locale en fuite, ces miliciens justifient cette mesure comme moyen de protéger la population civile contre toutes les menaces des FDLR. Ces rebelles rwandais sont accusés d’avoir tué, du 3 au 5 novembre, 13 personnes et violé une dizaine de femmes dans les localités de Misau et Misoke.

L’ONG Centre de recherche sur l’environnement, la démocratie et les droits de l’homme (CREDDHO) qualifie l’attitude des Maï-Maï Cheka d’atteinte à la liberté des personnes.

Le chef d’antenne de cette structure, Aise Kanedu, appelle le gouvernement à intervenir urgemment pour sauver ces populations entre les mains de ces miliciens.

«La libre circulation des personnes ne peut jamais être étouffée. C’est vraiment une atteinte à la liberté des personnes. Le gouvernement doit prendre des dispositions urgentes pour décourager ce genre de comportements », a indiqué Aise Kanedu.

Il a estimé qu’il est temps pour le gouvernement mette fin aux exactions des groupes armés dans cette partie du territoire de Walikale.

« Il y a quelques jours, cette population a été endeuillée par des présumées FDLR et rien n’est fait. Que le gouvernement prenne ses responsabilités pour protéger la population et ses biens », a poursuivi le coordonnateur de l’ONG CREDDHO.

Des présumés rebelles des FDLR sont accusés d’avoir tué 13 personnes et violé une dizaine de femmes dans les localités de Misau et Misoke.

Lire aussi sur radiookapi.net:

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner