Sud-Kivu : les sinistrés d'éboulement à Kalehe réclament un site de relocalisation

Vue panoramique de Bukavu, 2004.

Les sinistrés des éboulements qui ont eu lieu à Kalehe (Sud-Kivu) en octobre 2014 réclament un site où se relocaliser. Ils sont plus de 500 à camper depuis trois jours devant le bureau de leur territoire. Ils réclament aussi la somme de 7 000 dollars américains remise par les députés nationaux à leur profit il y a quelques mois. Les manifestants refusent de partir tant qu’ils n’auront pas de réponse à leurs revendications.

Sur place devant le bureau du territoire, les conditions de vie de ces hommes, femmes et enfants sont de plus en plus difficiles. Ils manquent de tout y compris de l’eau potable.

L’un d’entre eux, Julien Bujiriri Ngoyi, était préfet d’une école primaire détruite par la catastrophe du 25 Octobre 2014.

Il témoigne :

«Les sinistrés ici présents de la catastrophe du 25/10/2014 se sont décidés de descendre et venir ici en sit-in pour bénéficier de leurs droits. Ce drame nous a arraché les membres de nos familles, tous les biens, les infrastructures, tout a été détruit par cette catastrophe. Les députés nationaux sont venus avec 7 000 dollars. Et cet argent était destiné à l’achat d’un endroit sécurisé pour la délocalisation de ces sinistres. Au moment où nous parlons, la destination de ce montant est inconnue. Les sinistrés ici présents ne réclament que 2 choses : un, la délocalisation prompte des sinistrés, deux, la remise immédiate de ces 7 000 dollars aux sinistrés. La population est mobilisée de rester ici jusqu’au jour où la solution sera trouvée».

L’administrateur assistant du territoire de Kalehe, mis en cause dans cette affaire, est resté injoignable.

De son côté, le ministre provincial de l’Intérieur et Sécurité, Jean Julien Miruho, affirme que le gouverneur n’a pas au courant de l’existence d’une telle somme d’argent destinée à ces sinistrés.

Il ajoute par ailleurs que ces sinistrés ont déjà bénéficié d’un site de la part d’une personne de bonne volonté, mais qu’ils «en auraient abusé» en y invitant des membres de leurs familles ne faisant pas partie des victimes de l’éboulement. C’est ainsi que le propriétaire du site les aurait délogés.​

Lire aussi sur radiookapi.net :

Sud-Kivu: plus de 300 personnes victimes de la pluie à Katogota

Sud-Kivu: 1 500 sinistrés de Kalehe sollicitent un site approprié

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner