Philippe Biyoya : « Le Comesa pourrait composer une identité économique par rapport à la mondialisation »

Passation du pouvoir entre le chef de l’Etat congolais, Joseph Kabila(gauche) et son homologue ougandais, Yoweri Museveni (droite) le 26/02/2014 à Kinshasa, lors de l’ouverture du 17e sommet de la conférence des chefs d’Etat et de gouvernement du Marché Commun de l’Afrique Orientale et Australe (Comesa). Radio Okapi/Ph. John Bompengo

La RDC a pris la présidence tournante du Marché commun de l’Afrique orientale et australe (Comesa) à la clôture du XVIIe sommet tenu à Kinshasa. Déjà membres de la CIRGL, CEPGL, la CEEAC, la SADC et autres organisations, des observateurs se demandent ce que le pays gagne en s’engageant à toutes ces structures sous-régionales.

Le professeur Philippe Biyoya, analyste politique est l’invité de Radio Okapi ce vendredi pour répondre à cette question. Il pense que « si le Comesa est bien géré, il devrait réduire l’importance de la CIRGL [Conférence internationale de pour la Région des grands lacs] et de la CEPGL [Communauté économiques des pays des grands lacs]. Il devrait favoriser le développer des économies nationales. Ainsi il pourrait créer une identité sous-régionale par rapport à la mondialisation ».

Philippe Biyoya parle aussi des avantages diplomatiques que tire la RDC à travers le Comesa. Il s’entretient avec Jeff Ngoyi.

Fichier audio : téléchargez Flash pour écouter.

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner