RDC : participation historique aux Paralympiques – RFI

Par Habibou Bangré

Pour la première fois, la RD Congo participe aux Jeux paralympiques. A Londres, la RDC a envoyé deux sportifs : Dedeline Mibamba et Levy Kitambala. Cette expérience doit servir de base pour les prochaines compétitions handisports et participer à la valorisation des personnes handicapées.

« J’ai de la joie parce que c’est la toute première fois que les handicapés congolais peuvent participer aux Jeux paralympiques. Il faut que nous soyons conscients que nous sommes comme tout le monde, que nous pratiquons tous les sports que les valides pratiquent ! », s’enthousiasme Dedeline Mibamba. Cette athlète de 30 ans pratique la course en fauteuil roulant depuis deux ans en République démocratique du Congo et s’alignera sur 1.500m lors des Paralympiques (29 août-9 septembre, à Londres) – les premiers où son pays concourt.

La délégation compte deux sportifs : Dedeline Mibamba et Levy Kitambala, 34 ans, qui s’entraîne au lancer du disque et du javelot depuis quatre ans. « Comme c’est une première expérience, on a jugé bon d’envoyer deux athlètes, confie Amos Mbayo Kitenge, président du Comité olympique congolais (COC). C’est une phase de lancement pour acquérir de l’expérience. Ici, sur place, on ne savait pas comment les préparer. On a préféré les envoyer dans un stage de plus ou moins un mois pour qu’ils essaient de s’approprier le matériel. »

Tensions concernant les conditions d’entraînement

Ils sont arrivés en Angleterre peu avant les JO (27 juillet-12 août) pour s’entraîner dans un camp à Bedford, au nord de Londres. Mais très vite une crise a éclaté. Dedeline Mibamba et Levy Kitambala ont réclamé de meilleures conditions d’entraînement et plus que les 2.000 euros de prime qui, selon le COC, leur avaient été donnés. « On a dépêché une délégation sur place. Elle s’est entretenue avec les athlètes, ils ont regretté et dit dans les médias qu’ils avaient été induits en erreur », résume Amos Mbayo Kitenge.

Désormais, « tout va bien », affirme Dedeline Mibamba. « Pour le matériel, tout a été prévu dans le camp d’entraînement. Le malentendu a été dissipé », insiste son entraîneur Robert Dikazolele, également cadre du Comité paralympique. « On travaille dans de bonnes conditions, ajoute Levy Kitambala. Le problème est réglé, on nous a donné un petit rien pour acheter le matériel, les équipements… » La Fédération nationale des personnes vivant avec handicap du Congo (Fenaphaco), qui s’est « beaucoup battue » pour que les athlètes partent, juge pour sa part que la situation n’est réglée qu’« à moitié ». lire la suite sur RFI.fr

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner