Fondation Hirondelle - Évaluation finale projet NWK

Terms de Référence

Evaluation finale du projet :

« Favoriser la participation des jeunes aux efforts de paix et de réconciliation dans la région du Kasaï, à travers des médias locaux renforcés et citoyens »

Rép. Démocratique du Congo (RDC)

1. Contexte

Le projet « Favoriser la participation des jeunes aux efforts de paix et de réconciliation dans la région du Kasaï, à travers des médias locaux renforcés et citoyens » vise à encourager le plaidoyer et les initiatives des jeunes Kasaïens (18-35 ans) en faveur de la cohabitation pacifique et de la cohésion sociale, et leur participation à des mesures socio-politiques contribuant à cet objectif.

D’une durée initiale de 18 mois, il est mis en œuvre depuis février 2019 et se terminera en octobre 2020, suite à une extension du projet par l’UE.

L’action de la Fondation Hirondelle s’est concentrée sur le leitmotiv « Jeunes, leaders du changement », en les prenant comme la composante d’une communauté au sens large Il s’est agit principalement de produire un programme radiophonique d’information générales en français et en tshiluba appelé « Ngoma Wa Kasaï » (Toutes les voix du Kasaï), via une équipe de journalistes recrutés et formés localement par la Fondation Hirondelle, et de le diffuser grâce à un réseau de radios partenaires réparties sur les territoires de Dibaya, Kamako, Kamonia, Mweka et Tshikapa.

Ngoma Wa Kasaï fait partie d’un programme global d’intervention dans les deux Kasaï, soutenu par l’Instrument contribuant à la Paix et la Stabilité de l’Union Européenne, et comprenant deux axes d’intervention supplémentaires (problématiques des déplacés et accès au foncier / travail sur les systèmes de gestion des crises avec les parties prenantes au niveau politique et communautaire) mises en œuvre par deux autres Ong (Interpeace et Norwegian Refugee Council).

Ce projet s’est inscrit dans un contexte local de post-crise : entre septembre 2016 et janvier 2017, de graves violences intercommunautaires ont notamment provoqué plus de 3'000 morts et le déplacement d’1,5 millions d’habitants. Depuis, la région peine à se relever : les tensions sont encore vives entre les communautés, les stigmates des violences toujours présentes

dans les esprits et le quotidien des populations, la justice commence à peine à se mettre en marche, et le tissu socio-économique qui prévaut au sein de cette même ethnie tshiluba est très morcelé et fragile. La stabilisation et la pacification de ces deux provinces constitue en objectif d’autant plus important que la région, fief du parti du président Tshisekedi, a été pendant trente ans un bastion de l’opposition au pouvoir central, et de nombreuses zones ont été exclues des politiques publiques en matière d’accès à l’eau, à l’électricité etc.

2. Synthèse du projet

Dans ce contexte et face aux enjeux que doivent relever les Kasaïens, dont une majorité de jeunes, le projet de la Fondation Hirondelle s’est proposé comme un moyen de contribuer à une meilleure information et sensibilisation des populations, notamment des jeunes, afin de réduire les tensions, encourager le dialogue et le partage d’expériences ainsi que les initiatives positives entre communautés.

Ce projet s’articule autour de trois objectifs spécifiques (outcomes), dont le premier est divisé en sous-objectifs pour une orientation précise et une clarification de la chaîne de résultats. Voir paragraphe 3 (ci-dessous)..

La Fondation Hirondelle est partie des réussites obtenues dans de précédents projets pour les adapter aux besoins des populations du Kasaï, et créer un espace civique neutre grâce à un media indépendant, au sein duquel la parole se libère et les ponts se créent, les blocages sont identifiés de manière collective, et les autorités comme la population sont challengées sur leur gestion personnelle et/ou collective de la reconstruction.

D’où la nécessité particulière d’appuyer solidement le réseau de radios communautaires qui a également été formé, accompagné et outillé pour avoir les bases avfin de remplir sa mission d’information. Si 18 mois sont une période courte pour ancrer des réflexes solides, nous avons implanté le cadre et posé les pre-requis nécessaires pour que les medias locaux, bien souvent communautaires, disposent des outils professionnels et techniques de base pour agir.

Les activités réalisées sont décrites dans le document de projet, et les progrès réalisés figurent dans un rapport intermédiaire produit au bout de 12 mois de mise en œuvre. Des rapports ou compte rendu permettent de suivre les autres activités réalisées dans l’intervalle, entre le premier reporting et le reporting final qui sera produit en fin de projet.

3. Rappel de la stratégie d’intervention du projet.

Les domaines à évaluer comprennent l’impact, les outcomes, les outputs et leurs indicateurs, ainsi que les groupes cibles et bénéficiaires finaux. A savoir :

IMPACT:

Favoriser la participation des jeunes aux efforts de paix et de réconciliation dans la région du Kasaï, à travers des médias locaux renforcés et citoyens

OUTCOMES:

1.1 : une information pertinente et qualitative renforce les connaissances des auditeurs des radios partenaires quant aux initiatives sociopolitiques non-violentes développées par la jeunesse locale en faveur de la pacification et de la réconciliation, ce qui favorise leur compréhension des défis et opportunités à saisir.

1.2 : un dialogue constructif entre les jeunes issus de différentes communautés est encouragé et valorisé médiatiquement.

1.3 : les capacités journalistiques, techniques et managériales des radios partenaires sont renforcées.

2 : les compétences de jeunes volontaires sont renforcées en termes de fonctionnement d'un média radiophonique.

3 : un plaidoyer actif des jeunes est soutenu et encouragé auprès des autorités étatiques et religieuses/spirituelles, facilitant l'élaboration et la mise en œuvre de mesures sociopolitiques plus inclusives et mieux adaptées aux besoins des populations cibles (dont l’accès à l’emploi, aux services de santé...)

GROUPES CIBLES:

- Les journalistes et membres du personnel du studio radio central et des radios partenaires, dont les compétences et capacités sont renforcées (journalisme, animation, technique, administration), contribuant ainsi à apporter des contenus de qualité dans un paysage médiatique faible et fragile;

- Les jeunes leaders au sein de leurs communautés qui renforcent leurs capacités de plaidoyer et de propositions de mesures non violentes en faveur de la paix et de la réconciliation, grâce à leur implication accrue dans le contenu éditorial du programme radiophonique (participation aux débats, couverture des activités dans les différents formats produits et diffusés), et à un soutien spécifique pour faciliter leur gestion des radios communautaires.

BENEFICIAIRES FINAUX :

- La population des territoires cibles dans le Kasaï et le Kasaï central, qui bénéficie d'une information d'intérêt général encourageant le développement et la dynamique de paix et de réconciliation;

- Les responsables politiques, religieux et communautaires locaux, qui bénéficient d'espaces médiatiques d'échanges et de discussion avec les jeunes issus de différentes communautés, permettant d'expliquer leurs actions et de s'imprégner des préoccupations et propositions des jeunes;

- Les ONG locales, y compris les partenaires de mise en œuvre du projet (NRC et Interpeace), qui bénéficient d'une visibilité spécifique et indépendante sur le contenu de leurs activités et le partage d'éléments de réflexion ou des bonnes pratiques;

- Les déplacés du Kasaï, qui ont accès à des informations radiophoniques et/ou en ligne leur permettant de suivre l'évolution politique et sécuritaire de leur région d'origine, informations qui peuvent peser dans leur décision d'un éventuel retour;

- La communauté internationale et les acteurs du développement en République Démocratique du Congo, qui ont accès à une source d'informations de référence en ligne sur la situation dans le Kasaï et le Kasaï central, et sur les points de vue exprimés par les

différentes composantes de la société centrafricaine sur les enjeux de la réconciliation, du dialogue, de la stabilisation et du développement de ces deux régions.

4. Objectifs de la mission

Fournir à la Fondation Hirondelle une analyse critique et objective de la mise en œuvre et des résultats du projet, ainsi qu’une évaluation de son impact auprès des groupes cibles et des bénéficiaires finaux. De plus, la Fondation Hirondelle souhaite que cette évaluation ouvre une dimension prospective quant aux actions à mener si l’action pouvait être prolongée, au Kasaï ou dans d’autres régions.

a) Evaluer le projet au travers des critères de pertinence, de cohérence, d’efficacité, d’efficience, et de ses effets ;

b) Mesurer le niveau d’atteinte des objectifs initialement fixés,.

c) Fournir des recommandations et des pistes d’améloration d’ordre stratégique et opérationnel (notamment en termes d’objectifs, de modes opératoires et de champ d’intervention) dans le cadre d’une éventuelle suite du projet ou d’interventions similaires, afin de poursuivre l’objectif général.

5. Contenu de l’évaluation

Cette évaluation fournira une appréciation globale de la pertinence du projet par rapport au contexte défini, de la cohérence de la logique d’intervention, et de l’efficacité du projet :

a) Dans quelle mesure le projet est pertinent par rapport aux problèmes définis ?

b) Pertinence des outcomes en lien avec l’objectif défini et la durabilité du projet?

c) Dans quelle mesure les activités retenues sont-elles pertinentes et efficaces par rapport aux résultats attendus – « Jeunes, leaders du changement » ?

d) Plus particulièrement, quel a été l’impact des formations dispensées ?

e) Tels qu’ils ont été obtenus, ces résultats sont-ils de nature à contribuer à l’atteinte des objectifs spécifiques ?

f) Dans quelle mesure la stratégie utilisée et les activités répondent aux besoins des acteurs (populations et médias ) ?

Ci-dessous une liste non exhaustive de questions d’évaluation, dont les résultats devront être indiqués dans le rapport final :

- Dans quelle mesure les activités retenues pour ce projet et les résultats qui en découlent sont de nature à susciter l’émergence de modèles inspirants et d’initiatives positives favorisant la résilience et la consolidation de la paix dans les deux Kasaï ?

o Du point de vue des thématiques couvertes, et de leur adéquation avec les besoins des populations ?

o Du point de vue du mode de traitement ou de la qualité de l’information : l’approche éditoriale a-t-elle permis de donner de la visibilité et du crédit aux initiatives des jeunes, favorisant le dialogue et la réconciliation locale ?

o Du point de vue du transfert de compétences via des formations (au sein de la rédaction et pour les radios partenaires) ?

o Du point de vue de la perception de l’impact du projet sur le dialogue, la consolidation de la paix et la résilience ?

o Du point de vue de l’engagement des jeunes en faveur de la paix au sein de leur communauté ?

o Du point de vue des approches d’inclusion des cibles et bénéficiaires, des approches de transferts de compétences, niveaux d’appropriation et durabilité engagées dans le cours du projet ?

6. Méthodologie pour la collecte et l’anaylse de données

L'évaluateur propose une méthodologie claire pour entreprendre cette étude. L'évaluateur analyse toutes les données existantes, les rapports et les recherches disponibles mis à sa disposition par la Fondation Hirondelle, et recueille des éléments complémentaires pertinents pour l'évaluation. Des entretiens avec le personnel du projet, des représentants des groupes cibles et d'autres parties prenantes de la société civile, du secteur des médias, du gouvernement et des donateurs du projet seront essentiels pour recueillir des informations pertinentes.

L’évaluateur procède notamment à :

  1. 1. l’évaluation de la perception du programme d’information Ngoma Wa Kasaï (NWK) et de sa contribution à l’information post-crise dans les deux Kasaï, à travers des interviews avec des responsables et journalistes des radios partenaires, ainsi que des focus groupes avec des auditeurs (clubs d’écoute et interviews de rue) ;
  2. 2. l’évaluation des modules de coaching et de formation suivis par les journalistes de NWK et les correspondants, directeurs et stagiaires des radios partenaires (toutes les formations doivent être résumées et évaluées, quelques entretiens doivent permettre une évaluation qualitative) ;
  3. 3. l’évaluation du rôle et de l’utilité des organes participatifs mis en place : comité d’accompagnement, comité de réflexion et club d’écoute;
  4. 4. l’évaluation de l’amélioration des capacités de durabilité des radios partenaires concernant la gouvernance, les capacités de gestion et la génération de revenus ;
  5. 5. l’évaluation des besoins à renforcer ou non encore couverts par le projet NWK auprès des radios partenaires.
  6. 6. l’évaluation de la qualité des relations avec les donateurs (projet financé par l’IcSP-DUE) et les partenaires tacites (InterPeace et Norwegian Refugee Council) dans le suivi du projet : nature et quaité des échanges entre donateur et bénéficiaire de subvention, impact dans la gestion et la qualité du projet, synergies…
  7. 8. l’évaluation, à travers le feedback ou point de vue du donateur (IcSP-UE), de la contribution du projet à la stratégie de la DUE en RDC.

Dans la mesure du possible, l'évaluateur contribue à l'établissement des niveaux de référence qui serviront à mesurer les indicateurs du projet pour la phase suivante du projet.

7. Calendrier et livrables

L'évaluateur travaillera sur les différentes phases de l'évaluation pendant une période de 30 jours ; le travail sur le terrain est estimé à environ 10 jours. L'évaluateur peut faire appel à des consultants locaux pour l'aider à réaliser l'évaluation.

Le rapport final doit être soumis avant le 31/10/2020. L'évaluateur soumet le calendrier proposé.

Le rapport final contient toutes les conclusions de l'évaluation et formule des recommandations. Sa longueur totale est de 15-25 pages.

Présentation des offres : l’offre technique (methodologie) et financière sera adressée à l’adresse suivant : [email protected], avant le mercredi 9 septembre à minuit (heure de Kinshasa).

8. Budget

Le consultant propose un budget en fonction de la méthodologie retenue. Montant maximal : 20’000€ TTC.

Cette somme couvrira tous les frais encourus par l'évaluateur (honoraires, frais de déplacement, hôtels, indemnités journalières, assurances, taxes, consultants locaux...), ainsi que les coûts spécifiques de certaines actions (par exemple, le déplacement de personnes à interviewer ou orgabnisation de focus groupes sont définis avec la Fondation Hirondelle).

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner

Responsabilités

Du fait du caractère gratuit de la rubrique emploi de notre site, Radio Okapi n'a pas toujours la capacité de modérer toutes les annonces publiées. Nous attirons donc votre attention sur le fait que Radio Okapi ne peut pas être tenue pour responsable des annonces publiées de bonne foi qui s’avéreraient de nature frauduleuse.

Nous essayons autant que possible de vérifier toutes les offres d'emploi qui nous parviennent. Cependant, soyez vigilant avant de candidater et refusez systématiquement tout "employeur" vous demandant de l'argent pour votre dossier de candidature