Future province du Haut-Uélé: les infrastructures font défaut

La problématique des infrastructures publiques pouvant accueillir les institutions dans les nouvelles provinces constitue un défi majeur pour la future province du Bas-Uélé, ont fait remarquer les ressortissants de cette partie du pays réunis samedi 4 avril à Kinshasa à l’initiative de l’Association des cadres et agents de la grande Province Orientale (Acapor).

«Il n’y a pas d’infrastructures. Il n’y a pas toutes les structures qui peuvent faire qu’on puisse considérer le chef-lieu de Bas-Uélé comme étant une ville valable qu’on peut considérer comme chef-lieu de la province», a déploré l’élu d’Ango, Robert Paysayo Maliako.

Selon lui, tout est à refaire. Les routes sont presque inexistantes, surtout pour relier l’arrière province au chef-lieu. Les écoles n’existent presque pas.

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner