Tanganyika : les autorités locales déplorent la réduction de l’effectif des policiers à Manono

Une vue aérienne d'un quartier du territoire de Manono, 450 km au Sud Ouest de Kalemie (Katanga/RDC)

Les chefs traditionnels déplorent la réduction de l’effectif des policiers dans plusieurs localités de Manono (Tanganyika), en proie aux conflits intercommunautaires. Dans une déclaration faite samedi 19 octobre à Radio Okapi, ils ont indiqué certaines zones se retrouvent avec un ou deux policiers.

Ces localités, expliquent-ils, ont été autrefois des théâtres de troubles provoqués à la fois par des groupes armés Maï-Maï Kata-Katanga ou par des conflits entre communautés Luba-populations autochtones Pygmées.

Les autorités de la police nationale explique que ce déficit est dû au changement de la structure organisationnelle de la Police, un changement qui est la conséquence directe de la création de la nouvelle province du Tanganyka.

« J’ai un grand problème ; il y a un déficit très important d’effectif. Mon souci est la restauration de l’autorité de l’Etat dans les coins et recoins du territoire de Manono », a affirmé le  commandant supérieur de la PNC-Manono, Yav Daniel.

Lire aussi sur radiookapi.net: 

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner