Plus de 100 civils tués dans des attaques armées à Masisi

Les éléments d'un groupe d'autodéfense populaire de Lemera dans les moyens plateaux d'Uvira, à Mulenge, Sud-Kivu année 2012. Radio Okapi/Ph. Fiston NGOMA

Plus de cent civils et trente policiers ont été tués en l’espace de onze mois dans des attaques attribuées à des ex-rebelles du M23 et aux miliciens Nyatura, réfractaires au processus de démobilisation.

Le député provincial élu de Masisi, Robert Seninga, qui a livré ces chiffres mardi 2 février à Radio Okapi, regrette que ces hommes armés ne soient pas contrôlés.

Il a affirmé que la dernière attaque armée remonte au 31 janvier dernier. Des hommes armés ont attaqué un poste de police à Kalangala, dans le groupement Mufunyi Karuba, faisant trois morts et de nombreux blessés.

Robert Seninga a dénoncé ce qu’il considère comme un échec du processus de réintégration et d’amnistie des ex-combattants œuvrant dans le territoire de Masisi.

Il a également plaidé pour le redéploiement des militaires dans cette région, en proie aux groupes armés.

Pour sa part, l’administrateur du territoire de Masisi, Dieudonné Tshishiku, appelle également au renforcement du dispositif sécuritaire dans cette partie du Nord-Kivu.

Lire aussi sur radiookapi.net: 

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner