Affaire mercenaires: Moïse Katumbi dénonce «des accusations mensongères et farfelues»

Moise Katumbi, gouverneur de la province du Katanga le 29/6/2011 à Lubumbashi. Radio Okapi/Ph. John Bompengo

Moïse Katumbi a rejeté jeudi 5 mai les accusations de recrutement des mercenaires à Lubumbashi portées contre lui par le gouvernement. «Ce sont des accusations mensongères et farfelues», a-t-il affirmé, sollicitant une enquête internationale sur cette affaire.

L’ex-gouverneur de l’ancienne province du Katangaa ainsi réagi un jour après que le ministre de la Justice, Alexis Thamwe Mwamba, a ordonné au Procureur général de la République d’ouvrir un dossier judiciaire sur le recrutement des mercenaires par M. Katumbi.

Ce dernier se dit confiant et promet de prouver ce qu’il appelle un montage du gouvernement congolais.

«Ce sont des accusations mensongères et farfelues, parce que si on avait vraiment des services de renseignements et on avait un Etat des droits, on ne pouvait pas laisser entrer plus ou moins six cents mercenaires. C’est-à-dire que les services de renseignements n’existent pas», a-t-il estimé.

Candidat à la présidentielle, qui doit intervenir en novembre prochain selon la constitution, Moïse Katumbi précise  que sa lutte est pacifique.

Ces accusations ont été portées contre lui au moment où il a annoncé sa candidature à ce scrutin.

A (re) Lire: Enquête sur Moïse Katumbi : un « montage grossier », selon Franck Diongo

L’ex-gouverneur du Katanga affirme avoir répondu à la requête de plusieurs regroupements politiques:

«Il y a eu plusieurs demandes au niveau de la population et même le 24 avril, le jour de la marche, la population me demandait (de présenter ma candidature à la présidentielle). Il y a eu plusieurs plateformes et il y a eu le G7. Et je l’avais dit sur RFI que j’allais répondre au G7 et à la population congolaise avant trois semaines et c’est ce que j’ai fait».

Par ailleurs, il s’inquiète que la justice congolaise ne soit pas indépendante et demande une enquête internationale notamment l’implication du gouvernement des Etats-Unis, dont des ressortissants sont cités dans l’enquête.

«Histoire montée de toutes pièces»

L’évêque de Kilwa-Kasenga (Haut-Katanga), Monseigneur Fulgence Muteba, affirmé qu’il n’y avait pas de mercenaires dans son diocèse.

«A ma connaissance, il n’y a pas d’étrangers à Pweto, ni à Kasenga, ni à Kilwa et non plus à Kashobwe. Les seuls étrangers que je vois, ce sont des exploitants forestiers qui ravagent notre forêt. Je n’ai jamais hébergé des étrangers, ni de Rambo, ni de Ninja et de rangers sud-africains», a affirmé le prélat catholique.

Pour Mgr Muteba, c’est une histoire montée de toutes pièces. Il a également indiqué qu’il n’y avait aucun camp des miliciens sur toute l’étendue de son diocèse.

«Chaque fois qu’il y a un problème de sécurité, nous savons le signaler à qui de droit. Nous avons tant de soldats disséminés partout, on n’a jamais entendu un affrontement entre nos soldats et des éventuels miliciens. C’est  une histoire inventée de toutes pièces et une espèce de fiction», a-t-il conclu.

Lire aussi sur radiookapi.net: 

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner