Recrutement des mercenaires: Katumbi demande une confrontation avec les personnes arrêtées

Moise Katumbi, ex-gouverneur de la province du Katanga. Radio Okapi/Ph. John Bompengo

Au cours de la deuxième audition de leur client au Parquet général de Lubumbashi mercredi 11 mai, les avocats de Moïse Katumbi ont demandé à l’Avocat général de la République d’organiser une confrontation entre l’ancien gouverneur et les personnes arrêtées à Lubumbashi dans le cadre de cette affaire.

M. Katumbi fait l’objet d’une enquête pour « recrutement de mercenaires » étrangers.  

A (re)Lire: RDC: enquête sur «le recrutement de mercenaires» étrangers proches de l'opposant Katumbi

« Nous avons la preuve documentée que plusieurs anciens militaires américains qui se trouvent actuellement au Katanga sont au service de M. Katumbi », a déclaré le 4 mai dernier le ministre de la Justice, Alexis Thambwe Mwamba.

Me Jacques Shesha, membre du collectif des avocats de Moise Katumbi, indique avoir introduit une requête pour obtenir une confrontation entre les personnes arrêtées dans le cadre de cette affaire et son client.  

« Il y a une nécessité de voir ceux qui ont été arrêtés à Lubumbashi et transférés à Kinshasa et ceux qui sont encore ici [à Lubumbashi] être confrontés à Moïse Katumbi », a-t-il fait savoir.  

L’avocat dit attendre la réponse de l’Avocat général.

« Nous avons émis cette requête au niveau de l’avocat général de la République. C’est à lui de pouvoir nous répondre », note-t-il.

Au sujet de l’audience de mercredi au Parquet, Me Jacques Shesha  indique qu’elle s’est déroulée « dans le calme et avec beaucoup de sérénité ».

« Je voudrais souligner que la présence policière a empêché l’accès facile à certains avocats et magistrats au niveau du palais [de la justice] », affirme-t-il cependant.

Moïse Katumbi est entendu depuis le lundi 9 mai dernier au Parquet de Lubumbashi. Il doit à nouveau être entendu vendredi.

Des membres de sa garde rapprochée ont été arrêtés le 24 avril dernier à Lubumbashi lors d’une manifestation de l’opposition dispersée par la police. Ces personnes, quatre au total dont un Américain, ont été transférées à Kinshasa.

Le ministre congolais de la Justice a ordonné mercredi 4 mai une enquête sur « le recrutement de mercenaires » étrangers liés à l'opposant qui a annoncé sa candidature à la prochaine élection présidentielle.

Lire aussi sur radiookapi.net: 

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner