RDC : un mort et 7 blessés lors de la marche des opposants (Police)

 

La police empêche les manifestants de franchir la limite imposée pour la marche des partis politiques de l’opposition membres de la Dynamique de l’opposition le 26/05/2016 à Kinshasa. Radio Okapi/Ph. John Bompengo

Dans son bilan dressé après la marche des opposants organisé jeudi 26 mai dans plusieurs villes de la République démocratique du Congo (RDC), le porte-parole de la Police nationale congolaise (PNC), le colonel Mwana Mputu parle d’une personne tuée à Goma au Nord-Kivu et sept blessés, dont cinq policiers et deux civils. Neuf manifestants ont été interpellés sur toute l’étendue de la République, a-t-il indiqué.
 
«À Goma, un groupe de pillards a échappé à la vigilance de la police. Ils ont trouvé un autre garde de la police un peu plus loin. Ensuite, il y a eu une fausse manœuvre de la part du policier et une balle mortelle a tué un des pillards. Il y a eu au total cinq blessés du côté de la police et deux du côté de la population», a expliqué le colonel Mwana Mputu.
 
Selon ce responsable de la police, entre trois et quatre personnes interpellées à Kalemie ont toutes été relâchées tandis qu’à Kinshasa, cinq manifestants ont été relâchés quelque temps après leur interpellation. Un policier a été arrêté à Mbandaka pour dérapage après qu’il a utilisé son arme à feu. « Il est déféré devant son juge naturel », a indiqué le colonel Mwana-Mputu qui precise par ailleurs qu’à Kisangani, Mbuji-Mayi et Lubumbashi, les marches prévue n’ont pas eu lieu.
 
«A Mbuji-Mayi, les organisateurs ne sont pas entendus sur le mobile. A Lubumbashi la police avait quadrillé la ville, et la marche a été dispersée à Kisangani », a ajouté le colonel Mwana-Mputu.
 
Le député Martin Fayulu de l’Engagement citoyen pour le développement (Ecidé), et l’un des organisateurs, parle de son côté de plusieurs blessés et interpellations, sans avancer des chiffres précis.
 
«Nous avons eu des blessés. Vous savez que Mme Eve Bazaiba, secrétaire générale du MLC a été blessée. Nous allons protester. Une députée et de surcroit responsable d’un parti politique est blessée. Nous allons poser la question à l’Assemblée nationale», a promis Martin Fayulu. Le député de l’opposition note-sans plus de précisions-qu’il y a eu des morts à Goma, des blessés à Kisangani et à Kananga, des gens qui sont à l’hôpital à Bandundu-ville et des personnes interpelées puis relaxées à Kananga et Kisangani.
 
«Nous remercions la Monusco qui a répertorié toutes ces marches et c’est grâce à elle qu’on a pas eu beaucoup plus de casses. Nous disons aujourd’hui que nous sommes aussi fier du peuple congolais», a ajouté Martin Fayulu.​

Lire aussi sur radiookapi.net: 

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner