Valentin Mubake: «Je dois signer un document dont je connais le contenu»

Valentin Mubake, ancien conseiller d’Etienne Tshisekedi, exclu de l’UDPS et du Rassemblement, n’a pas signé l’arrangement particulier jeudi 27 avril au Palais du peuple. Il estime qu’il doit d’abord lire le document et y apporter d’éventuels amendements.  

«Il faut que je connaisse le contenu du document que je vais signer. Mais, si je dois signer, je dois signer un document dont je connais le contenu. Et alors, nous avons proposé ce matin à tous les collègues qui nous appelaient du Palais peuple, que ceux qui nous ont invité pour la signature de l’arrangement particulier, commencent par disponibiliser le document qu’ils ont âpreté à ce sujet, qu’on nous donne un temps nécessaire, le temps que nous l’examinions dans nos bases respectives, et nous nous retrouvions par la suite pour y apporter nos amendements éventuels et finalement signés. C’est ça la procédure normale», rappelle Valentin Mubake.

Ce dernier a été l’un des délégués du Rassemblement au dialogue qui a abouti à la conclusion de l’accord du 31 décembre sous les auspices de la CENCO. Pour lui, la procédure normale devrait commencer par la finalisation des points de divergences, avant d’annoncer la signature de cet arrangement particulier.

Relire aussi: Christophe Lutundula: «Il faut signer l’arrangement particulier, mais pas en violation de la constitution»

«L’invitation devrait consister uniquement en la finalisation de l’arrangement particulier pour lequel, je rappelle, il y a trois points de divergence, à savoir: la présentation et la nomination du Premier ministre, la présidence du Conseil national de suivi de l’accord et le chronogramme qui va baliser le chemin des élections prévues pour cette année», note l’ancien conseiller d’Etienne Tshisekedi.

Il fait remarquer que la présence de la CENCO n’était plus nécessaire pour la signature de l’arrangement particulier, parce que les évêques avaient déjà mis fin à leur mission.   

«La CENCO elle-même s’est retirée de la médiation. Elle a jeté l’éponge en allant voir le chef de l’Etat en disant qu’elle avait terminé ce qu’elle pouvait faire. Les évêques ont fait leur travail, il appartient à d’autres de poursuivre  là où eux  se sont arrêtés», explique Valentin Mubake.

Lire aussi sur radiookapi.net: 

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner

Sondage

Mots-clés populaires

Ceni (87)
Ebola (81)
RDC (77)
Elections (72)
élection (61)
FARDC (51)
Beni (44)
Monusco (39)
ADF (32)
Opposition (31)
FCC (30)
Vclub (27)
Léopards (24)
Caf (23)
Linafoot (20)
Mazembe (19)