RDC : le PAM cherche 97 millions USD pour répondre à la crise humanitaire au Kasaï

Le Programme alimentaire mondial (PAM) envisage d’assister cinq cent mille sinistrés d’ici fin janvier dans l’espace kasaïen. Mais, d’après le coordonnateur des urgences du PAM pour la région, Mateo Perrone, il faudra 97 millions USD jusqu’à fin juin pour atteindre toutes les personnes visées. 

Le PAM est en train de focaliser son intervention dans l’espace kasaïen sur deux volets : assister la population affectée par le conflit, avec de la nourriture, et assurer la nutrition des enfants malnutris. Jusqu’à décembre 2017, quatre cent mille personnes ont été assistées. Mais, l’agence onusienne compte atteindre cinq mille personnes fin janvier.

Mais les moyens à sa disposition ne suffisent pas. Il faudra 97 millions USD jusqu’à fin juin pour atteindre toutes les personnes visées, selon Mateo Perrone.

Milices tribales

L’insuffisance de fonds n’est pas la seule difficulté. Cette région a connu récemment des affrontements meurtriers entre forces de l’ordre et miliciens. Certaines poches d’insécurité persistent encore. Beaucoup de villages, notamment dans le territoire de Tshikapa, sont toujours déserts. Leurs habitants ont été tués ou se sont déplacés. 

Jean-Paul Kuzu, administrateur du territoire de Tshikapa, affirme que ce territoire a été parmi les plus touchés par « la milice de Kamuina Nsapu ». Selon lui, sur neuf secteurs de Tshikapa, sept ont été sérieusement secoués, obligeant la population locale se déplacer massivement notamment vers l’Angola voisin.

«La cité de Kamonia avait à peu près soixante-dix mille habitants avant les troubles. Et pendant ces évènements, il n’y avait que des militaires et des policiers qui maintenaient la sécurité », affirme Jean-Paul Kuzu. Avant le conflit, tout le territoire comptait plus 5 millions d’habitants, a poursuivi M. Kuzu, estimant que 35 à 40% de déplacés sont rentrés dans leurs milieux respectifs.

Outre l’insécurité, la dégradation d’infrastructures routières constitue un réel défi pour faire parvenir l’aide aux bénéficiaires.

«Entre Kananga et Tshikapa, il y a plus ou moins 300 kilomètres. Nos camions nécessitent deux semaines minimum pour faire le trajet », a déploré Mateo Perrone, coordonnateur des urgences du PAM pour l’espace kasaïen.

Autonomie des sinistrés

Au cours de la semaine du 8 au 14 janvier, le PAM a lancé la troisième vague de distribution des vivres à des milliers de bénéficiaires notamment à Kamonia (Kasaï) et à Kankenke (Kasaï-Central).

Les bénéficiaires sont regroupés en trois catégories : les familles d’accueil, les déplacés et les retournés. Le lot est constitué de la farine de maïs, de haricot, d’huile végétale et du sel de cuisine.

Les bénéficiaires démunis ont exprimé leur joie pour ce don. Mais, ils ont exprimé leur besoin d’être appuyés notamment avec les semences et outils aratoires pour relancer leur production agricole.  

Pour remettre les sinistrés au travail, le PAM et l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) ont uni leurs efforts dans le cadre des projets communs visant l’autonomisation des bénéficiaires. La FAO fournit une assistance alimentaire complémentaire à celle du PAM dans toutes les zones de santé où le PAM intervient (Kamwesha, Kamonia, Kalonda et Tshikapa). Les deux agences onusiennes ont reçu en décembre un financement d’environ 10 millions de dollars américains du gouvernement belge en vue d’améliorer les conditions de vie et la sécurité alimentaire et nutritionnelle de près de 18 000 ménages, soit plus de 111 000 personnes de la région du Grand Kasaï.

Dans ce cadre, la FAO appuie la relance agricole grâce à la distribution d’outils aratoires, suivie de formations en techniques agricoles. La combinaison de l’aide alimentaire et agricole vise à permettre aux familles bénéficiaires de s’alimenter de manière autonome et de dégager un revenu. Cela leur offrira la possibilité soit de s’intégrer dans la communauté d’accueil, soit de retourner dans leurs villages après l’accalmie. 

 

Lire aussi sur radiookapi.net: 

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner

Sondage

Mots-clés populaires

Ceni (62)
Elections (59)
Ebola (59)
RDC (55)
FARDC (54)
élection (47)
Monusco (46)
Beni (40)
ADF (37)
FCC (34)
Caf (28)
Opposition (26)
Vclub (24)
Léopards (20)
Linafoot (17)