Kasaï-Central: militaires et policiers accusés de torturer un chef coutumier

L’Association pour la promotion des droits de l’homme (APRODH) a accusé vendredi 6 avril les militaires et policiers de torturer le chef coutumier Vincent Mukanganyi, arrêté près de la mission catholique Yangala en territoire de Luiza au Kasaï-Central. Ce dernier, arrêté sur mandat du parquet secondaire de Luiza, n’est jamais arrivé à destination.

Le chef Vincent Mukanganyi  a été arrêté depuis le 29 mars dernier dans le cadre d’un conflit de pouvoir. Crispin Kawulu, responsable de l’ONG APRODH, rapporte cependant qu’il serait détenu à mi-chemin dans une maison privée transformée en cachot :

«On ne l’a pas conduit jusqu’au parquet à Luiza. Il est séquestré à la station Mundembu dans une maison, où les militaires et policiers, qui sont là-bas, sont en train de le torturer. Il ne mange pas, il ne boit pas. Sa famille est obligée de quitter avec la nourriture depuis Yangala.»

Arrivés sur place à Mundembu, selon lui, les proches du prévenu sont interdits d’accès par les agents commis à la garde.

/sites/default/files/2018-04/060418-p-f-kanangaongdenoncecrispin_kawulu_fr.mp3

Contacté par Radio Okapi, l’administrateur de Luiza, Youssouf  Ntumba, en mission à Kananga reconnait que le groupement Anayangala connait un conflit interne. Quant au traitement infligé au chef arrêté, il dit attendre le rapport de ses services  à son retour.

Lire aussi sur radiookapi.net: 

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner