RDC : le BCNUDH a documenté 620 violations des droits de l’homme au mois d’août

Le Bureau conjoint des Nations unies aux droits de l’homme (BCNUDH) a documenté 620 violations des droits de l’homme sur toute l’étendue de la RDC. A quelque trois mois des élections du 23 décembre 2018, le pays a connu une augmentation importante de violations des droits de l’homme. Ces tendances ont été fournies mercredi 19 septembre à Kinshasa lors de la conférence hebdomadaire des Nations Unies par Abdoul Aziz Thioye, directeur du Bureau conjoint des Nations unies et représentant du Haut-commissaire des droits de l’homme en RDC.

Selon le BCNUDH, le nombre d’agents de l’Etat, les FARDC et la police nationale, responsables des violations des droits de l’homme a quasiment doublé pendant le mois d’août dernier, dépassant ainsi celui des groupes armés, auteurs des atteintes aux droits de l’homme au cours de la même période.

« Ce qu’il faut retenir pour ce mois d’août 2018, c’est l’augmentation générale du nombre de violations des droits de l’homme. Le Bureau conjoint a documenté 620 violations des droits de l’homme sur l’ensemble du territoire, soit une hausse par rapport à juillet 2018, ou nous avons enregistre 515 violations des droits de l’homme. Le nombre de violations commises par les agents de l’Etat en août 2018 a presque doublé par rapport à juillet et ils sont responsables de près de 66% des violations documentées à travers le pays. Une baisse du nombre de cas d’atteintes attribuables aux groupes armés, responsables des 34% restants, a été documentée », a détaillé Abdoul Aziz Thioye.

Toujours selon ce rapport, le Bureau conjoint a apporté son appui aux juridictions civiles et militaires en août dans le cadre de la lutte contre l’impunité.

Ainsi, au moins 29 militaires et 13 policiers ont été condamnés pour des faits constitutifs des violations des droits de l’homme.

En août 2018, le BCNUDH a organisé ou pris part à au moins 56 activités de renforcement des capacités des organisations de la société civile et des acteurs étatiques et non-étatiques sur les droits de l’homme, parfois conjointement avec d’autres sections de la MONUSCO et des partenaires externes.

Elles ont porté notamment sur les notions de base des droits de l’homme, les principes de base du monitoring et du reporting sur les violations des droits de l’homme, les droits de l’homme et les libertés publiques en période électorale, la promotion des droits des femmes et la lutte contre les violences sexuelles, la protection des civils, et l’assistance aux victimes, témoins et défenseurs des droits de l’homme en RDC.

Au total, ces activités ont connu la participation de plus de 2.860 personnes, dont au moins 982 femmes (soit 35%).

Dans le cadre de son programme de protection, le BCNUDH a traité 20 cas de menaces et violations des droits de l’homme à l’encontre de 40 personnes, dont cinq femmes, parmi lesquelles 29 défenseurs des droits de l’homme, 10 victimes de violations et un journaliste, sur l’ensemble du territoire de la RDC.
 

Lire aussi sur radiookapi.net: 

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner

Sondage

Mots-clés populaires

Ceni (64)
Elections (58)
Ebola (57)
RDC (56)
FARDC (53)
Monusco (47)
élection (45)
Beni (43)
ADF (37)
FCC (36)
Caf (26)
Vclub (23)
Opposition (23)
Léopards (20)