Kananga : sept ans de prison requis contre un officier militaire pour viol sur mineure

Le ministère public a requis jeudi 15 août à Kananga la peine de sept ans de servitude pénale contre le colonel Ibrahim Adago, poursuivi pour viol sur mineure. De son côté, la défense a appelé à l’acquittement de son client, qualifiant ce procès d’une simple machination. La cour militaire de l’ex-Kasaï-Occidental a pris cette affaire en délibérée, promettant de se prononcer le 5 septembre prochain.

Après avoir prouvé, selon lui, la culpabilité du prévenu, l’organe de la loi a requis la peine de sept ans de servitude pénale principale.

Evoquant l’article 170 de la loi portant protection de l’enfant du 10 janvier 2019, il a également estimé que cet officier militaire devrait payer l’amende de 800 000 francs congolais ainsi que la somme de 260 millions de francs (15.760 USD) pour tous les préjudices causés à la victime.

Le prévenu, pour sa part, continue à plaider non-coupable, précisant que cette affaire est montée de toutes pièces pour nuire à sa personnalité. Cet argument est soutenu par les avocats de la défense.

Pour étayer cet argumentaire, l’un d’eux a pu relever les contractions dans les accusations portées contre leur client. Il a cité entre autres, la date de commission des faits. Selon cet avocat, la partie civile avait parlé du 14 mai, avant de changer en avançant celle du 15 mai 2019.

Il a même mis en doute le rapport médical, qu’il a qualifié « d’un papier fabriqué pour nuire à Monsieur Adago.»

Lire aussi sur radiookapi.net: 

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner