Coronavirus en RDC : un check point placé entre les provinces de Kinshasa et Kongo-Central

Un check point avec un personnel de santé est mis en place samedi 28 mars, entre la ville-province de Kinshasa, non loin de la ligne limitrophe vers Mingadi, et la province du Kongo-Central. L’objectif est de mieux lutter contre la propagation du coronavirus en contrôlant toutes les entrées des transporteurs des gros engins dans la province Kongo-Central, limitrophe à celle de Kinshasa.

Cette mesure à pour conséquence le blocage des centaines de véhicules à la sortie de la ville de Kinshasa. Tous les transporteurs doivent se soumettre à cette exigence des autorités du pays pour tenter de contenir la pandémie du coronavirus et sauver les autres provinces.

C’est plus de 400 remorques, des camions citernes, des corbillards avec des cercueils à bord, et autres petits véhicules qui sont bloqués à la sortie de la ville de Kinshasa.

D’après le ministre provincial de l’Intérieur et de la Santé du Kongo-Central, Nestor Mandiangu Mankita, il ne faut pas lésiner sur cette question de santé.

« Si Kinshasa est concerné en peu de temps, la province du Kongo-Ccentral peut être atteinte. Alors il faut prendre des dispositions. C’est pour cette raison qu’on est venu mettre ce check point ici pour chucker toute personne qui quitte Kinshasa vers le Kongo-Central », a expliqué le ministre provincial.

Dr Judith Mwaka chef du site explique comment se passe le contrôle :

« On aligne les passagers tout en respectant la distance d’un mètre, il se lave les mains, on prélève la température, ils entrent dans la tente qu’on a installé pour le remplissage de la fiche sanitaire du voyageur. On prend le nom de la personne, l’adresse, le numéro de téléphone éventuellement pour la traçabilité. »

Un travail qui reçoit l’appui de la police de Kinshasa. Selon le colonel Lady Mukuna, commissaire adjoint en charge de la police administrative, les policies sont en train de veiller dans le cadre de l’application des mesures qui ont été prises par les autorités politiques.

« Nous sommes en train de créer une zone tampon devant permettre au service de la police de pouvoir faire le contrôle de ceux qui partent à Matadi et ceux qui quittent Matadi pour la ville de Kinshasa », a expliqué le colonel Mukuna.

Et le colonel de spécifier qu’un véhicule ne peut contenir qu’un chauffeur, un aide-chauffeur et un convoyeur. 

Lire aussi sur radiookapi.net: 

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner