Mbuji-Mayi : ouverture d’une enquête pour identifier les auteurs des tracts exigeant la démission des autorités locales

La Police nationale congolaise (PNC) dit avoir ouvert une enquête pour identifier les auteurs des tracts qui ont été  jetés vendredi 29 mai sur les grandes artères de la ville de Mbuji-Mayi (Kasaï-Oriental). Les auteurs de ces documents anonymes exigent la démission du maire, des bourgmestres de cinq communes de Mbuji-Mayi, des administrateurs des territoires ainsi que des chefs de secteurs.

Les mêmes auteurs menacent aussi les personnes ciblées en leur promettant des visites domiciliaires, au cas où ils ne s'exécutaient pas dans les 48 heures qui suivent.

Les organisations de défense des droits de l'homme dénoncent cette pratique. « Nous sommes  en train de nous opposer, parce que ce qui est vrai, c'est que toutes ces autorités-là sont nommées par une ordonnance présidentielle et c'est constitutionnel. Et vous ne pouvez pas vous réveiller  un matin et vous commencez à demander à tous ces gens-là de démissionner. Ils démissionnent pour quelles raisons et ils laissent ces places à qui?  Ici, c'est la constitution qui nous régit », explique Me Jimmy Bashile, coordonnateur de l’ONG Action contre l'impunité pour les droits humains (ACIDH).

Cette situation intervient deux jours après les manifestations organisées dans la ville par des  jeunes qui protestaient contre la déchéance à Kinshasa de Jean-Marc Kabund, au poste de premier vice-président de l'Assemblée nationale.

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner