Affaire trafic des munitions à Beni : le député Kiro appelle à un procès public des prévenus

Le député Kiro Tsongo Grégoire, secrétaire général du parti politique RCD/ML, a appelé mercredi 24 mars l’organisation d’un procès public des personnes arrêtées depuis plus d’une semaine dans les enquêtes sur la vente et trafic des munitions dans la région de Beni. Ces enquêtes sont menées par l’auditorat supérieur près la cour militaire opérationnelle du Nord-Kivu basée dans cette région.  

Cet élu de Beni demande également qu’il n’y ait pas de pression sur la justice militaire qui enquête sur ce dossier : 

« C’est pour moi l’occasion de féliciter l’auditorat et de demander qu’un procès soit organisé à Beni le plus rapidement possible, afin que toute la lumière soit faite sur la collaboration avec les égorgeurs de Beni, qui sont quand même responsables du massacre d’au moins 5.000 civils et d’un nombre important de militaires. Ça fait des années que des observateurs sérieux ainsi que l’opinion publique dénoncent des complicités internes dans notre propre armée. Et là nous avons l’occasion de tirer les choses au clair. »

Kiro Tsongo Grégoire met en garde toutes les personnes qui vont tenter d'entraver le travail de la justice militaire :

« Je profite de cette occasion pour mettre en garde quiconque tenterait d’entraver le travail de la justice militaire par des pressions diverses. La hiérarchie militaire des FARDC ainsi que les responsables de l’ICCN doivent ainsi collaborer pour que la vérité éclate au grand jour, car il y va de l’honneur de l’Etat congolais. Les brebis galeuses, qui ternissent l’image de notre pays, doivent être mises hors d’Etat de nuire. »

Il prévient que le Chef de l'Etat a été saisi et que la lumière doit être faite :

« Pour notre part, nous avons informé le Chef de l’Etat, commandant suprême des FARDC, car toute la lumière doit être faite sur le ravitaillement de ceux qui sèment le malheur et la désolation dans la population de Beni et qui ridiculisent ainsi l’Etat congolais. »  

Selon des sources judiciaires, sept militaires dont trois officiers supérieurs des FARDC, un conservateur de l’ICCN, deux écogardes et deux civils sont arrêtés dans ce dossier.  

   

 

Lire aussi sur radiookapi.net: 

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner