Beni : l’association Kighanda Yira appelle les jeunes à manifester pacifiquement

L’association culturelle Kighanda Yira interpelle les jeunes en leur demandant de manifester pacifiquement. Dans une déclaration faite samedi 10 avril à Radio Okapi, cette structure conservatrice de la culture Yira dit s’inquiéter des violences enregistrées dans la ville de Beni depuis le lancement de l’opération 10 jours sans activités afin de décrier l’insécurité dans la région.

« Nous voulons interpeller à ce que quand on se manifeste c’est un droit. Surtout aujourd’hui ici nous sommes souffrants ici en ville et territoire de Beni, même partout à l’Est de la république. Nous interpellons la conscience de tout un chacun qu’en soit les manifestations ne sont pas réprimées quand elles se passent pacifiquement. Mais alors, ici en ville de Beni, quand nous avons essayé d’évaluer tout ce que nous sommes en train de faire, il y a eu des dérapages de part et d’autre », a déploré le président de Kighanda Yira, Kambala Piris.

Parmi quelques dérapages, il a notamment dénoncé l’utilisation des enfants pendant ces marches. Il appelle à ne pas associer les enfants dans ces activités.

« On a utilisé des enfants qui ne sont même pas autorisés de faire des manifestations. C’est comme ça que nous nous sommes dit qu’on peut prendre nos responsabilités et appeler tout le monde de revenir à la raison. Sur tout ça, nous avons dit que chacun peut revenir quand même dans son travail et une belle manifestation c’est la manifestation qui se fait sans contrainte. S’ils veulent manifester, qu’ils le fassent selon les normes », a indiqué Kambala Piris.

Ne pas prendre le peuple en otage

Pour sa part, la notabilité de la ville de Beni au Nord-Kivu demande aux jeunes manifestants de considérer la gravité des conséquences des manifestations que subissent les populations.

« Nous aurions préféré que les enfants qui font la marche respectent les clauses de notre constitution. La marche est autorisée, mais il ne faut pas aller déranger les gens qui font leur travail », a renchéri Simon Kibukiro, représentant de la notabilité de la ville de Beni.

Il demande aux manifestants de laisser au gouvernement la gestion de la question du départ ou non de la MONUSCO.

« Nous disons que pour le départ de la MONUSCO que nous réclamons, ce n’est pas ici sur place qu’on peut avoir une solution parce que la MONUSCO a signé un engagement avec le gouvernement congolais. Les démarches qu’on est en train de faire, qu’on avait commencé à faire même à partir de nos députés nationaux, ils sont en train de faire des démarches pour que le gouvernement congolais demande à la MONUSCO ce qu’elle a déjà fait, et c’est eux qui vont décider s’il faut résilier le contrat avec ces gens », a rappelé M. Kibukiro.

Il a invité les manifestants à ne pas prendre en otage « le peuple qui souffre déjà. »

« Ne dérangeons pas les écoliers, laissons les écoliers étudier parce que ce sont les dirigeants de demain, pourquoi nous devons les déranger ? Les commerçants s’ils ne font pas le commerce, la taxe ou bien l’impôt, qui va supporter les militaires qui gardent notre sécurité ? Si on ne paye pas l’impôt, parce que le commerçant quand il ne travaille pas il ne peut pas payer l’impôt. Laissons ces gens chacun faire son travail », a souligné Simon Kibukiro.

Lire aussi sur radiookapi.net: 

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner