Masisi : la société civile s’inquiète du non-respect de la décision du ministre de l’intérieur supprimant les barrières


Des barrières illégales sont toujours entretenues sur l’ensemble du territoire de Masisi, dans la province du Nord-Kivu, malgré leur suppression l’année dernière, par le ministre provincial de l’Intérieur.  

La coordination territoriale de la société civile de Masisi, s’inquiète du non-respect de cette décision du ministre provincial de l’intérieur. Elle affirme que toutes les barrières et certains services de l’Etat supprimés sur quelques axes routiers vitaux du territoire, refont surface. 

Cette situation impacte négativement sur les activités socio-économiques du territoire où le tissu économique est déjà délabré et affecté par les conflits armés. 

Télésphoré Mitondeke, secrétaire-rapporteur de la société civile de Masisi interpelle à cet effet les autorités compétentes pour une solution urgente. 

« Nous remarquons le rétablissement des diverses barrières, telle que la barrière PIKI qui est aujourd’hui rétabli, la barrière de Kitchanga, il y a aussi la multiplicité des services à la barrière de Mubambiro, la première barrière qui relie Goma à Masisi, il a été demandé aux différents services de retirer leurs agents ».  

Il demande au ministre provincial de l’Intérieur de mettre en place un mécanisme de suivi pour soulager la population. 

Lire aussi sur radiookapi.net: 

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner