Troubles à la fin du ramadan à Kinshasa : l’Hôtel de ville salue les sanctions infligées aux coupables

L’Hôtel de ville de Kinshasa se réjouit de condamnations prononcées par la justice à l’égard de certains inciviques qui ont occasionné des troubles au stade des Martyrs de Kinshasa, lors de la fin du ramadan célébrée par les fidèles musulmans. Le porte-parole du gouvernement provincial, Charles Mbutamuntu, l’a affirmé lundi 17 mai, lors d’une conférence de presse.  

Selon Charles Mbutamuntu, rien ne présageait des troubles après la rencontre de la veille entre les deux camps des leaders musulmans, qui avaient promis de faire la paix lors de la cérémonie de clôture du ramadan.  

« Les deux frères [musulmans] se sont embrassés devant le gouverneur et nous avons tous applaudi. Ils ont proposé un programme ensemble. Une partie allait ouvrir la cérémonie et une autre allait clôturer. L’idée était d’amener les deux parties auprès du chef de l’Etat, pour sceller cette union. Curieusement, une partie de fidèles va s’attaquer aux policiers », regrette le porte-parole Mbutamuntu. 

L’Hôtel de ville condamne ces actes de violence, poursuit le porte-parole du gouvernement provincial. 

« L’Hôtel de ville se félicite des mesures prises à l’endroit de certains inciviques. Il réitère le soutien aux policiers et militaires qui sont au front dans l’Est de la RDC, et qui sécurisent les populations. C’est inexplicable, ce genre d’actes », déplore-t-il. 

Pour Charles Mbutamuntu, des sanctions sévères vont s’en suivre. Le pays est en pleine reconstruction, et des actes pareils sont à condamner. « Il y a des gens qui sont venus salir l’image de la religion musulmane », selon lui. 

M. Mbutamuntu fait savoir que les gestionnaires du stade des Martyrs avaient reçu l’argent des deux ailes qui avaient sollicité le même espace pour célébrer la fin du ramadan.  

Pas de mort

Contrairement au bilan d’un policier tué – qu’il avait lui-même annoncé, le porte-parole du gouvernement provincial affirme qu’il n’y a pas eu mort d’homme. Le policier tabassé est pris en charge médicalement et sa situation évolue plutôt bien.

Environ trente fidèles musulmans ont été condamnés à la peine de mort, certains à cinq ans de servitude pénale principale, pour leur participation aux violences contre la police ayant émaillé jeudi dernier la fin du ramadan à Kinshasa. Le verdict de ce procès en flagrance a été rendu samedi 15 mai à 5 heures heures locales, par le tribunal de grande instance de Kinshasa-Gombe.

Lire aussi sur radiookapi.net: 

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner