Beni : se désolidariser des groupes armés pour une paix durable, propose l’association Kyaghanda Yira

Le président de l’association culturelle Kyaghanda Yira Beni, Kambale Pirisi, invite tous les acteurs du Nord-Kivu de vulgariser davantage sur la désolidarisation avec les groupes armés. Il a lancé cet appel mercredi 9 juin, lors de l’échange entre son organisation, la section des affaires civiles de la MONUSCO et les Forces armées de la RDC (FARDC). Des mécanismes à mettre sur pieds pour rendre solide le mariage entre les civils et militaires durant la période de l'État de siège dans la province a aussi été au cœur de cette rencontre.

« Nous croyons que si nous cohabitons ensemble, ici il n’y a pas la guerre qui peut nous être difficile à finir. Ce que nous pouvons réussir c’est de vulgariser le message de la désolidarisation avec les groupes armés. Nous, nous reconnaissons que la MONUSCO a réalisé beaucoup de choses ici chez nous à Beni. Nous les recommandons de faire mieux, surtout de changer les stratégies. Par exemple quand on nous dit qu’il y aura une force d’intervention, là nous sommes d’accord avec eux », a affirmé M. Kambale Pirisi.

Lors de ces discussions, tous les participants ont reconnu les efforts de la mission Onusienne dans le cadre de son partenariat avec le gouvernement congolais.

Chaque partenaire devrait bien jouer son rôle pour que la paix devienne une réalité à Beni, a fait savoir Kambale Pirisi.

Il a souligné que cette rencontre est d'une importance capitale. Elle permet de montrer à la population ce qui est fait sur terrain par les différents acteurs :

« C’est un appel que nous sommes en train de lancer de part et d’autre de dire qu’il fallait faire mieux parce que ce qui a révolté les gens c’est surtout l’échec de non rétablissement de la paix chez nous ici. Alors, nous avons vu que la population n'était pas informée. Les gens ne savaient pas ce qui se passait par exemple à la MONUSCO, ce qui se passe chez les FARDC. Donc la vulgarisation du message. Les gens étaient sous informés. Ce que nous sommes en train de chercher à faire, il fallait peut-être que de telles activités continuent pour essayer de mettre les gens au parfum. Mais si par exemple l’insécurité persistaient il fallait que chacun tire sa part de responsabilité ».

 

Lire aussi sur radiookapi.net: 

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner