Sud-Kivu : le BCNUDH sensibilise les policiers sur le respect des droits de l’homme

 

Le Bureau conjoint des Nations unies aux droits de l’Homme (BCNUDH), a lancé jeudi 15 juillet à Bukavu dans la province du Sud-Kivu, une campagne de sensibilisation aux droits de l’homme. L’objectif de cette session de formation est d’amener les policiers à faire respecter la procédure d’arrestation par les services de sécurité, et faire valoir les droits de la personne arrêtée. 

Cette activité concerne les Officiers de police judiciaire (OPJ), la société civile, ainsi que les organisations des Droits de l’homme au commissariat de la police de la commune d’Ibanda au Sud-Kivu. 

Le BCNUDH a vulgarisé au cours de cette activité 13 principes fondamentaux pour protéger les droits de la personne arrêtée. Parmi ces principes, il y a entre autres : 

Informer la personne que l’on arrête de ses droits, des motifs de son arrestation ou de toute accusation portée contre elle 

La personne arrêtée a le droit d’entrer en contact avec sa famille ou son avocat 

Elle ne peut être gardée à vue plus de 48h 

Elle doit bénéficier d’un traitement qui préserve sa vie privée, sa santé physique ou mentale 

Le droit de se défendre elle-même ou de se faire assister d’un défenseur de son choix, en vue d’éviter toute violation. 

« Je vous affirme que les participants ont retenus et maitrisés les treize principes, tels que énumérés dans la convention de lutte contre la torture, la population doit espérer un bon rendement de la part de sa police », a indiqué le Chef adjoint au département de sécurité du commissariat de la PNC/Sud-Kivu, le commandant Eugène Kabongo. 

La société civile, de son côté, a remercié le BCNUDH pour cette sensibilisation qui pourrait améliorer les conditions de détention dans la province par les OPJ. 

Selon, David Ramazani, membre de la Synergie des organisations des Droits de l’Homme (SODH). 

« Les OPJ ont assimilé les principes qui ont été évoqués au cours de cet atelier et je pense qu’ils vont les mettre en application dans les jours à venir », ajoute-t-il. 

Pour sa part, le Coordonnateur de la Commission nationale des droits de l’homme, (CNDH) Me Butros Ndenjika, promet également de jouer son rôle comme il se doit au cas où les services de sécurité ne respecteraient pas ces principes et se chargerait de les interpeller, et de faire rapport à la haute hiérarchie si ces cas persistaient. 

Par ailleurs, le BCNUDH, poursuivra cette sensibilisation dans d’autres communes de la ville de Bukavu. 

Lire aussi sur radiookapi.net: 

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner