La Prospérité : « Au panthéon d’inoubliables. Cardinal Laurent Monsengwo : Tout un symbole pour la nation » !

L’arrivée dimanche 18 juillet à Kinshasa de la dépouille mortelle du Cardinal Laurent Monsengwo est la grande actualité qu’aborde la presse congolaise, lundi 19 juillet 2021. Au-delà du factuel qui décrit l’émotion à l’aéroport international de Ndjili et la suite du programme officiel des obsèques, les journaux commentent aussi cette actualité, et montrent la grandeur de ce personnage.

Au sujet des obsèques « grandioses » du Cardinal Monsengwo, La Prospérité n’hésite pas de dire qu’au panthéon d’inoubliables, le Cardinal Laurent Monsengwo est « tout un symbole pour la nation » !

Parlant du programme, le quotidien précise que mardi 20 juillet, le Chef de l’Etat, Felix Tshisekedi et son homologue Sassou Ngwesso sont attendus. Puis, mercredi 21 juillet, il sera inhumé dans l’enceinte de la cathédrale Notre Dame du Congo.

Le Cardinal Laurent Monsengwo Pasinya mérite des hommages dignes de toute la nation congolaise et du monde entier, écrit le journal.

Plus précis sur le programme des obsèques, 7sur7.cd annonce : c’est à 8h30’ que le corps sera levé de la morgue pour le Palais du peuple, et le président de la République y est attendu à 9h50’, de même que des chefs d’Etat étrangers.

Tout juste après, note le site internet, il est prévu le dépôt des gerbes de fleurs, la cérémonie de décoration à titre posthume, par la chancellerie des Ordres nationaux et réadmission du corps à la morgue de l’hôpital Saint Joseph.

En dehors des autorités du pays, ont aussi fait le déplacement : une forte délégation de Brazzaville, famille biologique du Cardinal, il y a eu le ministre de la Coopération Denis Christel Ngwesso et la Conseillère en Communication du Président congolais de Brazzaville, Claudia Sassou. Tous les deux, L’Avenir, respectivement neveu et nièce de l’illustre disparu.

A l’arrivée de l’avion, l’émotion était grande, Laurent Cardinal Monsengwo Pasinya a reçu des hommages dignes. Et tout le long du boulevard Lumumba, décrit le tabloïd, des foules éplorées se sont ruées pour dire leur adieu à Tata Cardinal.

Le Cardinal Mosengwo. Visiblement, c’est une mort qui unit les Congolais, constate le quotidien Le Potentiel et qui explique, d’ailleurs que le « Grand Laurent » est arrivé, mais, inerte, à Kinshasa, dans une « caisse en bois de Cèdres simple » !

À voir des marées humaines en sanglots, qui accompagnaient le cortège funèbre depuis l’aéroport international de N’djili jusqu’à la Cathédrale Notre-Dame du Congo, fait remarquer le journal, l’on peut dire que par sa mort, Monsengwo a cessé d’être un homme pour devenir un « symbole ». Symbole de l’unité nationale. Jamais un décès n’a fait autant d’unanimité parmi les Congolais et même en dehors des frontières nationales.

Au regard de l’envergure de l’illustre disparu, Forum des As s’interroge : « Une journée chômée et payée pour les obsèques du Cardinal Laurent Monsengwo » ?

Il ne serait pas exagéré de recommander à notre gouvernement de décréter une journée chômée et payée mardi 20 juillet, consacré aux hommages officiels au Cardinal Laurent Monsengwo. Non pas parce qu'il était un haut responsable de l'Eglise catholique du pays, mais essentiellement pour son rôle dans une période charnière de l'histoire de la RDC, propose le quotidien.

Loi sur la nationalité

Le député Nsingi Pululu dit être l’objet de menaces et intimidations des inconnus, révèle Le Potentiel, qui explique que la controverse autour de la loi sur la nationalité est en train de quitter le terrain du débat d’idées pour glisser vers celui de menaces et intimidations, lui exigeant de retirer sa proposition de loi. Mais il répond avec détermination que sa démarche ira jusqu’au bout.

En cause, le député national Nsingi Pululu, ayant endossé et déposé au bureau de l’Assemblée nationale la proposition de loi Tshiani verrouillant l’accès à certaines fonctions de souveraineté aux seuls compatriotes nés de père et mère congolais, fait l’objet de menaces et intimidations de la part des inconnus.

Et pour sa part, Alain Atundu alerte sur l’inopportunité de cette loi : « Autant la troisième vague de Covid-19 est dangereuse, autant la loi Tshiani l’est aussi. Un débat malsain. Un débat de bas étage, un débat sans substance. C’est tout ce qu’il convient de dire ». Un titre à lire dans les colonnes de La Prospérité.

L’Ambassadeur André-Alain Atundu fustige les tractations autour de la proposition de loi modifiant et complétant la loi n°04/024 du 12 novembre 2004 relative à la nationalité congolaise, déposée à l’Assemblée nationale récemment par Nsingi Pululu.

Au sujet de cette loi, La République s’interroge : « Nsingi Pululu aussi aveugle que Noël Tshiani ; et lui-même Noël Tshiani est-il un danger public » ?

Dans un autre chapitre, 7sur7.cd parle d’une « fausse alerte » après l’interpellation de Jacky Ndala, coordonnateur de la ligue des jeunes du parti de Moïse Katumbi. Selon le média en ligne, il a été « tout simplement interpellé par les services de sécurité. »

Le portail cite néanmoins plusieurs cadres du parti Ensemble pour la République, qui dénoncent par la même occasion une "arrestation arbitraire". Papy Mbaki, coordonnateur adjoint de la Jeunesse d’Ensemble pour la République, était le premier a lancé l'alerte via un message diffusé sur les réseaux sociaux.

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner