Kongo-Central : la société civile exige la transparence sur la gestion des fonds de la rétrocession

La confédération des organisations de la société civile de la province du Kongo-Central se dit être informée de la somme de 8 millions de dollars américains que les provinces et les entités territoriales décentralisées ont reçue récemment du gouvernement central en guise de rétrocession. Le leader de cette structure citoyenne, Apollinaire Nsoka Ngimbi, l’a confié dimanche 25 juillet à Radio Okapi.  

Cette structure demande aux gouverneurs, aux maires ainsi qu’à d’autres responsables territoriaux de rendre public le montant qu’ils ont reçu pour le premier semestre de la rétrocession. 

Selon Apollinaire Nsoka Ngimbi, cette démarche est légale, car la redevabilité est une responsabilité de l’autorité de l’Etat. 

Il indique que des réflexions doivent être menées à ce sujet afin que les provinces, les villes et autres entités territoriales décentralisées puissent financer leur développement : 

« Nous demandons que des réflexions soient menées à ce sujet pour voir comment appliquer l’article 175, alinéa 2 de la constitution afin que les provinces, les villes et autres entités territoriales décentralisées puissent avoir cette retenue à la source afin que les villes puissent financer leurs développements. 

Du côté de la province et du coté des entités territoriales décentralisées, nous demandons que les gouverneurs des provinces de la République démocratique du Congo, que les maires, les bourgmestres, les chefs des secteurs de rendre public le montant qu’ils ont reçu pour le premier semestre de la rétrocession ». 

Rendre public ce montant permettra, selon lui, la traçabilité et le contrôle des citoyens. « On dit 8 millions de dollars pour le premier semestre, mais qu’on nous dise ce qu'ils ont reçu et comment ils sont en train d’utiliser ça pour que les citoyens des villes, des communes et ceux des secteurs puissent suivre », poursuit-il. 

Selon lui, « une responsabilité aussi citoyenne et la redevabilité, c’est une responsabilité de l’autorité de l’Etat. C’est important afin que la traçabilité, la redevabilité puissent se faire dans notre pays parce qu’il nous faut des villes qui se développent. Quand chaque ville se développe, c’est toute la nation qui se développe ». 

 

Lire aussi sur radiookapi.net: 

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner