Sud-Kivu : des chefs d’établissement qui ont « saboté » la gratuité de l’enseignement devraient être sanctionnés (EPST)

Le chef de division de la province éducationnelle (Proved) de l’Enseignement primaire, secondaire et technique (EPST) du Sud-Kivu, Jean-Pierre Yoy Bokete, demande la suspension des chefs d’établissements qui ont « saboté » l’effectivité de la gratuité de l’enseignement. Cette requête est contenue dans une lettre adressée mardi 17 août à l’Abbé coordinateur des écoles conventionnées catholiques. 

Dans sa lettre, il invite la coordination des écoles catholiques de mener des enquêtes dans certaines écoles de la ville de Bukavu accusées d’avoir perçu des frais illégaux et chassé des élèves pendant la période des examens de fin d’études. 

« J’ai reçu beaucoup de rapports et beaucoup de lettres des parents et certaines doléances des députés nationaux de la province du Sud-Kivu sur une éventuelle perception des frais de motivation des parents au niveau des écoles conventionnées catholiques de Bukavu. Vous savez que la Constitution de la République démocratique du Congo précise que l’Enseignement Primaire est gratuit pour les écoles publiques », a rappelé M. Bokete. 

Pour lui, agir ainsi est un acte de « sabotage » des dispositions de l’effectivité de la gratuité de l’Enseignement. 

« Les chefs d'établissements de certaines écoles ne respectent pas les dispositions reprises au niveau de l’arrêté de son Excellence M. le gouverneur de province. Ils ont torpillé les dispositions de la gratuité. C’est pour cette raison que nous avons essayé de demander à l’Abbé coordinateur provincial des écoles conventionnées catholiques de mener des enquêtes dans les écoles qui ont été listées », a proposé Jean-Pierre Yoy Bokete. 

Il a souhaité qu’en cas de confirmation, que l’Abbé coordinateur prenne des dispositions qui s’imposent, d’ouvrir les actions disciplinaires avec des suspensions préventives pour décourager ce genre des comportements. 

Pour lui, les partenaires religieux ne doivent pas abuser de leur responsabilité, mais mettre en application les règles prescrites. 

Lire aussi sur radiookapi.net: 

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner