Butembo : la situation sécuritaire dans la région au centre des échanges entre le chef de la MONUSCO et le maire

La situation sécuritaire dans la région de Beni, caractérisée par des massacres et les déplacements des populations a été au centre des échanges entre le chef de bureau intérimaire de la MONUSCO dans la région de Beni et Lubero, au Nord-Kivu, Abdourahamane Ganda avec le maire de la ville de Butembo, le commissaire supérieur principal Roger Mowa Baeki-Telly, le mardi 28 septembre.  

Cette insécurité est occasionnée principalement par des groupes rebelles dont les ADF. Il s’agissait notamment de passer en revue, la collaboration entre la MONUSCO et les autorités congolaises, a expliqué, le chef de bureau intérimaire de la MONUSCO :  

« Le premier point c’est de rencontrer nos collègues, travailler avec eux et puis prendre certaines mesures par rapport à la situation actuelle. Et le deuxième c’est de faire une évaluation de notre collaboration, j’en profite d’ailleurs pour lui dire un grand merci tenant de la qualité de notre collaboration que nous avons avec lui, dont il m’a fait part ».  

Abdourahamane Ganda a profité de cette occasion pour interpeller les civils à faire confiance et à prêter main-forte aux forces de sécurité congolaise et de la mission onusienne qui sont engagées contre l’ennemi sur plusieurs fronts. 

 « Pour la population nous avons deux messages. Le premier c’est leur dire que nous travaillons mains dans mains avec la Police nationale congolaise et les FARDC pour assurer leur protection. Il faut nous faire confiance. Le deuxième message c’est, de leur dire de ne pas croire à tout ce qu’ils entendent sur les réseaux sociaux, il y a une guerre dans la guerre, il y a de la manipulation. Qu’ils ne se laissent pas manipuler. Nous avons besoin de la population pour combattre ce fléau. Que la population ait confiance en son armée, en sa police et en nous qui les supportons. Qu’elle partage toutes les informations avec nous, nous allons continuer à travailler jour et nuit pour la protéger », a-t-il renchérit. 

Lire aussi sur radiookapi.net: 

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner