Bukavu : poursuite d’activités en dépit de la ville morte décrétée par la société civile

La population de la ville de Bukavu s’est réveillée ce mardi 1 mars dans la confusion à la suite des multiples appels contradictoires des organisations de la société civile du Sud-Kivu à la journée ville morte. Mais, la plupart d'activités socio-économiques ont tourné normalement.

Toutes les grandes écoles de la ville ont ouvert, sauf les universités et les institutions des microfinances. Ce mardi matin, les élèves se sont rendus dans leurs écoles respectives, où les cours se sont déroulés comme à l’accoutumée.

Les vendeurs aux marchés de Bukavu ont adopté la même attitude pour préserver leurs biens en cas d’un éventuel débordement. Les taxi bus circulent sans entrave, sous le regard des éléments de la police nationale congolaise déployés le long des artères principales de la ville.

En décrétant cette journée ville morte, la société civile voulait pousser le gouverneur Théo Ngwabidje à démissionner. Elle lui reproche la mauvaise gestion.

Lire aussi sur radiookapi.net: 

Recevez Radio Okapi par email

Donnez votre adresse email dans ce formulaire afin de recevoir tous nos articles dans votre boîte email. Vous recevrez un message de confirmation avec un lien sur lequel il vous faudra cliquer afin que l'envoi d'emails devienne effectif.
Si vous ne voyez pas l'email de confirmation dans votre boîte de réception, allez chercher dans vos spams et marquez le message comme "non spam".  

Votre adresse email :

Service offert par FeedBurner